Benjamin Hounkpatin, Ministre béninois de la Santé

Pandémie de coronavirus : le Bénin échappera-t-il à la sentence ?

L’Afrique doit se préparer au pire, avait averti l’Organisation mondiale de la santé, il y a peu. Au Bénin, la pandémie du coronavirus prend des proportions inquiétantes. Les chiffres actuels font froid dans le dos. Psychose et panique s’installent au fur et à mesure que la menace progresse. Le pays réussira-t-il à stabiliser le virus ou en fera t-il les frais ?

Le 16 mars 2020, le Bénin enregistrait sa première infection à la Covid-19. Un Burkinabé de 49 ans rentré dans le pays le 12 mars est testé positif au coronavirus. Trois jours après,  une allemande est déclarée positive. Et les chiffres ont commencé à grimper. A la date du 15 juin, le pays compte 532 personnes infectées au coronavirus, parmi lesquelles, 287 sont sous traitement et  236 guérisons.

Malheureusement, le virus a emporté 9 personnes et continue de gagner du terrain. Ayant vu venir le drame, l’Organisation mondiale de la santé avait prévenu en demandant aux pays africains de s’armer. Dans le même sens, Melinda Gates, femme du milliardaire Bill Gates, compatissait pour l’Afrique courant avril : « mon cœur est en Afrique. Je suis inquiète (…). La maladie va sérieusement sévir sur le continent. Je vois des cadavres dans les rues d’Afrique ». Telle une prophétie, la menace prend d’ampleur. Le continent a dépassé à la date du 14 juin, la barre des 200 000 cas, soit 233 732 cas confirmés de coronavirus. La Covid-19 a déjà coûté la vie à 6 253 personnes en Afrique.

Le Bénin dans un bourbier

Après la découverte des premiers cas, le gouvernement béninois a édicté une panoplie de mesures même si l’opinion nationale l’accuse de n’avoir pas pris la pleine mesure de la menace. L’exécutif a parfois tâtonné quant à la prise de décisions coercitives pour limiter les dégâts. Le pays est depuis peu mis à rude épreuve.

Et pourtant, le ministre Alain Orounla rassurait de la fin imminente du coronavirus. Le Ministre de la Communication et de la Poste, Porte-parole du gouvernement était optimiste quant à l’issue de la pandémie. Invité sur la chaîne nationale, Alain Orounla  estimait que le mal sera conjugué très bientôt au passé et se disait satisfait de l’état clinique actuel des malades. Selon les dires du ministre Alain Orounla, la pandémie du Covid-19 ne dictera pas encore longtemps sa loi. « Quand nous aurons vaincu le Covid-19, qui sera vaincu dans quelques jours, j’en suis persuadé, puisque la chine d’où c’est parti a déjà réglé le problème. En tous cas, les signes qui nous viennent de Wuhan et de toute la Chine montrent que cette maladie peut être maîtrisée. Nous avons aussi des spécialistes ici, qui sans avoir de grands moyens donnent des pistes rassurantes », a indiqué Alain Orounla avec optimisme et grand espoir.

Le gouvernement indexé

L’exécutif est pointé d’un doigt accusateur. Il lui reproché d’avoir autorisé le scrutin communal du 17 mai dernier en dépit du contexte de la Covid-19. Les chiffres ont grimpé parce que des candidats ont occupé le terrain en violation des mesures anti-Covid, pensent plusieurs personnes. La campagne électorale a donc fait augmenter les cas de contamination. Pour d’autres, l’exécutif n’aurait pas dû autoriser la réouverture des lieux de cultes, bars et la reprise du transport en commun, le 02 juin dernier.

Inconscience collective

Les mesures édictées par les dirigeants sont constamment foulées au pied par la population. Le port systématique des masques en tous lieux, le lavage des mains, le respect de la distanciation sociale sont bafoués. La police est parfois sollicitée pour faire respecter certaines mesures. Là où le bât blesse, il existe encore une bonne partie de la population qui renie l’existence du coronavirus d’où la propagation du virus.

Désormais dans le top 200 des pays à risque, le Bénin  se bat pour contenir la propagation du coronavirus mais peine à trouver le bout du tunnel. Le mal progresse et prend une allure inquiétante. Doit-il rapporter certaines décisions pour éviter l’hécatombe ? La question reste suspendue

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.