Mort de George Floyd: Omar Sy crie son indignation en pleine rue (photo)

Omar Sy est visiblement très scandalisé par la mort de George Floyd. Il l’a fait savoir en pleine rue, à Los Angeles, le samedi 30 mai 2020.

A lire aussi:

George Floyd est décédé le 25 mai à Minneapolis, au cours d’une arrestation musclée. Et depuis lors, le monde entier est en émoi. Choqué par ce que beaucoup appellent du racisme, Omar Sy, qui habite Los Angeles depuis plusieurs années, a crié son indignation le samedi 30 mai 2020. « Hier, à Los Angeles, nous avons marché en paix et solidarité en criant les noms de George, Breonna, Ahmaud et tant d’autres victimes ici aux US », a commenté la star d’Intouchables, du Prince oublié, de L’appel de la forêt, ou encore de Jurassic World.

« I can’t breathe »

Selon la publication faite sur son compte Instagram, sur les lieux, l’acteur français a brandi une pancarte sur laquelle était inscrit « I can’t breathe » (« Je ne peux pas respirer »). Il rappelle ainsi, ce que George Floyd a dit à Derek Chauvin plusieurs minutes après être resté allongé au sol, avec le genou du policier sur son cou. Omar Sy a profité de l’occasion pour évoquer la mort d’Adama Traoré, survenue, il y a bientôt quatre ans. « Via ce post et cette photo, je crie aussi le nom d’Adama Traoré, qui, en France, le 19 juillet 2016, a perdu la vie de la même façon que George Floyd. Que leurs âmes puissent reposer en paix et que JUSTICE soit enfin faite », a-t-il conclu.

Retour sur les faits…

Pour rappel, George Floyd avait été interpellé après avoir été soupçonné de vouloir payer avec un faux billet de 20 dollars dans une épicerie. Derek Chauvin, le policier qui l’a asphyxié est depuis derrière les barreaux, à la prison de Ramsey, située à Saint-Paul, dans le Minnesota. Il a été arrêté et placé en garde à vue, le vendredi 29 mai, pour meurtre au troisième degré et homicide involontaire coupable au deuxième degré.

Seulement, son arrestation semble ne pas affaiblir la colère des manifestants aux États-Unis, bien au contraire, les scènes de chaos se multiplient.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus