Mort de George Floyd: la Chine et l’Iran, en « donneurs de leçons », s’adressent à Donald Trump

Le déroulement des manifestations aux États-Unis, suite à la mort de George Floyd, a donné l’occasion à tout le monde entier de dénoncer le phénomène du racisme et de la violence policière aux Etats-Unis. C’est également l’occasion, pour des pays, qui ne sont pourtant pas des modèles en termes de droits de l’Homme, de critiquer la gouvernance de Donald Trump.

A lire aussi:

En proie à des violences, après la mort d’un Afro-américain, George Floyd, lors d’une arrestation par la police, les Etats-Unis se sont attirés, lundi, de vives critiques de la part de la Chine et de l’Iran, deux puissances, à qui Washington reproche souvent les enfreintes aux droits de l’Homme. Les troubles dans plusieurs villes américaines sont le signe de « la gravité du problème du racisme et de la violence policière aux Etats-Unis », a déclaré, devant la presse, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.  « Pourquoi les Etats-Unis traitent-ils en héros les partisans de la violence et de la soi-disant indépendance de Hong Kong, tout en qualifiant ceux qui dénoncent le racisme d’émeutiers ? », estime-t-il.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, a tenu à apporter son soutien aux Américains, lors d’une conférence de presse à Téhéran : « Au peuple américain : le monde a entendu votre cri sur l’état d’oppression. Le monde est à vos côtés. » Comme le relaye le Parisien, il poursuit : « Nous regrettons profondément de voir le peuple américain, qui cherche pacifiquement le respect et non la violence, être réprimé sans discernement », avant d’accuser directement les Etats-Unis de « pratiquer la violence et l’intimidation à l’intérieur du pays et à l’étranger ».

Plus de 4 400 personnes ont été interpellées, lors des manifestations dans au moins 36 villes américaines, selon un décompte de l’Associated Press. Non respect du couvre-feux, blocage d’autoroutes, avec des motifs divers, Los Angeles a connu le plus grand nombre d’arrestations (931), suivie de New York (790). À Minneapolis, où ont émergé les manifestations violentes, après la mort de George Floyd, l’Associated Press rapporte que 155 personnes ont été arrêtées.

1 commentaire
  1. derek dit

    eya eya, convoquez un conseil de sécurité à l’onu comme s’empressent de le faire les américains…confiez ça a maduro il le mérite c’est à son tour

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus