Le premier réfugié Rohingya décède de Covid-19 au Bangladesh

Un homme de 71 ans est devenu le premier Rohingya, vivant dans de vastes camps de réfugiés au Bangladesh, à mourir du coronavirus, a déclaré, mardi, un responsable.

A lire aussi:

Les experts de la santé avertissent depuis longtemps que le virus mortel pourrait traverser le vaste réseau de colonies abritant près d’un million de réfugiés dans le sud-est du Bengladesh. Un homme de cette communauté est décédé après avoir contracté la Covid-19. « Il est décédé le 31 mai. Mais hier soir, nous avons obtenu la confirmation qu’il était décédé de Covid-19 », a déclaré Toha Bhuiyan, un haut responsable de la santé du district de Cox’s Bazar. Le décès s’est produit à Kutupalong, le plus grand des camps, qui abrite environ 600 000 personnes.

L’homme était parmi au moins 29 Rohingyas à avoir été testész positifs au virus dans les camps. Bhuiyan a déclaré que la victime était décédée dans un centre d’isolement géré par l’association médicale Médecins Sans Frontières et avait été enterrée dans le camp le même jour. Plus de 740 000 Rohingyas ont fui une brutale répression militaire, en 2017, au Myanmar à Cox’s Bazar, où environ 200 000 réfugiés vivaient déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus