Simon Narcisse Tomety - Universitaire

“La diplomatie béninoise n’est pas lisible, comparée à celle des autres”, Pr Narcisse Tomety

Le Bénin a entamé, depuis 2016, une profonde réforme institutionnelle et politique, qui n’épargne aucun secteur. Ainsi, dans ses relations avec le reste du monde, le Bénin procède à une profonde mutation de la carte diplomatique; une mutation, qui, pour le professeur Simon Narcisse Tomety, cache le pays au reste du monde. 

Les grandes mutations en cours, au niveau de la carte diplomatique du Bénin, n’est pas du goût de plusieurs personnalités du pays. Après la réaction du professeur Joël Aïvo, l’ancien directeur de l’école de la “Nouvelle Conscience”, le professeur Simon Narcisse Tomety, réagit également à cette réforme.

Contrairement aux arguments avancés par le premier diplomate béninois, pour justifier le rétrécissement de la carte diplomatique du pays, l’institutionnaliste estime qu’il s’agit plutôt d’une faiblesse. Pour le professeur Simon Narcisse Tomety, le ministère des affaires étrangères, avec cette réforme, est “minable dans son offre”.

Loin de profiter au pays, il pense plutôt que ” la diplomatie béninoise n’est plus lisible et efficace, comparée à celle des pays voisins”.

Plutôt fermer le ministère des affaires étrangères

Selon la nouvelle carte diplomatique, qui entrera en vigueur, d’ici le 1er août 2020, le Bénin ne disposera, à travers le monde, que de dix ambassades et consulats fonctionnels.

Une situation que déplore le professeur, qui estime qu’il serait plutôt préférable de fermer le ministère que de maintenir 10 ambassades. “Avec dix ambassadeurs pour compter du 1er août 2020 et des ambassadeurs ambulants, qui fonctionneront comme des tontiniers, basés à Cotonou, je recommande la fermeture du ministère des affaires étrangères“, suggère-t-il au gouvernement.

2 commentaires
  1. EFELDÉ dit

    *Les diplomates africains n’ont jamais été que d’arrogants businessmen au profit d’eux mêmes et de leurs commanditaires.*
    *D’aucune utilité pour leurs compatriotes*
    Et budgétivores comme personne !

  2. EFELDÉ dit

    Je me demande ce qui est à montrer dans des pays quémandeurs.
    Si je le pouvais, je fermais tout et mettrais tous ces bavards privilégiés au travail, produire plus qu’ils ne reçoivent de l’État.
    Comme les asiatiques. Après on démocratisera.
    Pas avant !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.