Bénin – commune de Zagnanado : les dessous de l’élection du maire Justin Kanninkpo

Justin Kanninkpo a essuyé un véritable camouflet quelques minutes seulement après son élection à la tête de la municipalité de Zagnanado, samedi 31 mai dernier. Alors qu’il revenait de l’installation du conseil communal en compagnie de la délégation préfectorale, le tout nouveau maire a évité de peu des jets de pierre, expression d’un mécontentement généralisé. Que s’est-il passé ? Des sources contactées par Bénin Web Tv lèvent le voile.

L’élection de Justin Kanninkpo au poste de maire de la commune de Zagnanado ne fait pas l’unanimité. Elu sur la liste du Bloc républicain, parti ayant la majorité soit 8 conseillers sur 15, Justin Kanninkpo, selon nos sources généralement bien informées ne serait pas le candidat du BR. Nos informateurs vont plus loin en indiquant que l’actuel maire ne serait même pas dans le schéma élaboré par les responsables du parti pour occuper quelque poste que ce soit au sein du conseil communal. Et c’est à quelques heures de l’élection, qu’il aurait été approché par un autre parti en compétition qui l’a rassuré de son vote s’il accepte être candidat.

La suite est connue de tous. Justin Kanninkpo a été élu par un score très étriqué avec 8 voix pour et 7 contre.  Toute chose qui a conduit à un soulèvement d’une frange de la population, quelques minutes seulement après son élection. Selon des témoins et  l’Agence Bénin Presse (ABP), le nouveau maire, en compagnie de la délégation préfectorale, a raté de peu d’être touché par des jets de pierres, après la cérémonie d’installation du nouveau conseil communal.

Selon le média, Justin Kanninkpo et sa suite ont quitté les lieux sous la protection policière. Les manifestants armés de branchages et de pierres, scandaient des cris hostiles au nouveau.

Un mandat sous de mauvais auspices

Un mauvais départ pour le maire de Zagnanado. A peine élu, Justin Kanninkpo est déjà contesté par ses administrés. Des signes qui annoncent un avenir nuageux pour l’homme de Banamè s’il ne prend pas la pleine mesure de la situation. Justin Kanninkpo, pour gérer dans la tranquillité durant les six prochaines années, doit jouer la carte d’apaisement et fédérer les énergies autour de sa vision. Sans quoi, il connaîtra un mandat assez mouvementé et perturbé par des manifestations et des humeurs du conseil communal.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.