Bénin : ce qu’il faut retenir de l’actualité de la semaine du 22 au 28 juin 2020

Le retour sur les faits marquants de la semaine du 22 au 28 juin 2020, s’intéressera à la libération du journaliste, Ignace Sossou, à l’augmentation des cas positifs et de décès de Covid-19, à la décision de la Cour constitutionnelle sur l’interdiction de délivrance des actes de l’autorité aux personnes recherchées par la justice de même que l’adoption de six projets au profit des Forces de Défense, de Sécurité et assimilés. Nous ne passerons pas, sous silence, le premier anniversaire de l’investiture du président de l’Assemblée nationale et le boycott des sessions ordinaires dans certaines communes.

Ignace Sossou libre de ses mouvements

Après six (06) mois de détention, le journaliste d’investigation du média en ligne “Bénin Web TV”, Ignace Sossou, a recouvré sa liberté, mercredi 24 juin dernier. Condamné le 24 décembre 2019 à dix-huit (18) mois de prison ferme en première instance dans une affaire l’opposant au procureur de la République près le Tribunal de Cotonou, Mario Métonou, il a bénéficié d’une réduction de peine, en appel, le 19 mai dernier, soit 12 mois de prison, dont 6 ferme. Il a été accusé pour avoir relayé sur les réseaux sociaux des propos du procureur en live-tweets, tenus lors d’une communication organisée par CFI Média. Des propos qu’il aurait sortis de leur contexte, selon la victime. A sa sortie de la maison d’arrêt de Cotonou, Ignace Sossou a remercié tous ceux qui se sont mobilisés pour réclamer sa libération.

Condamné sur la base des dispositions du code du numérique, qui semble remettre en cause la dépénalisation des délits de presse consacrée dans le code de l’information et de la communication, ses avocats n’entendent pas baisser la garde. Ceux-ci ont formé un pourvoi en cassation pour casser la décision de la Cour d’appel. Les regards sont désormais tournés vers la Cour suprême pour la suite à donner à ce dossier, très suivi, aussi bien au plan national qu’à l’international.

Le Bénin franchit la barre des 1.000 cas

A l’instar d’autres pays, le Bénin a franchi la barre des 1.000 cas positifs de la Covid-19. A la date du 27 juin 2020, les statistiques au plan national font état d’un total de 1.149 cas confirmés, avec 827 personnes sous traitement, 306 personnes guéries et 16 décès.

Ces chiffres font froid dans le dos et interpellent chaque Béninois sur la nécessité de respecter strictement les mesures barrières mises en place par les autorités. Il s’agit du lavage systématique des mains à l’eau au savon ou à l’aide d’un gel hydro-alcoolique, du port obligatoire de masque en tous lieux, du respect de la distance de sécurité sanitaire d’au moins 1m, et de l’interdiction de serrage des mains et des accolades.

De potentiels candidats en 2021 évincés

La Cour Constitutionnelle a déclaré, conforme à la Constitution, le 18 juin dernier, l’arrêté interministériel N°023/MJL/DC/SGM/DACPG/SA 023SGGG19 du 22 juillet 2019 portant interdiction de délivrance des actes de l’Autorité aux personnes recherchées par la justice en République du Bénin. Pour les sages de la haute juridiction, l’arrêté querellé n’a ni disposé sur la nationalité, ni retiré la nationalité béninoise aux citoyens. Selon eux, l’arrêté n’a pas prescrit de sanction à l’égard des personnes et ne les empêche pas non plus d’accéder aux droits de la défense protégés par la Constitution.

Cette décision, rendue publique, lundi 22 juin dernier, évince définitivement certains potentiels candidats de la course à la présidentielle de 2021, en l’occurrence l’opérateur économique, Sébastien Ajavon, et l’ancien ministre de l’économie et des finances, Komi Koutché. En exil depuis plusieurs mois, ils sont tous opposants au pouvoir en place.

Le mal est plus profond

En adoptant une loi interprétative du code électoral, le 02 juin dernier, pour faciliter le processus de désignation des maires, adjoints et chefs d’arrondissement, les députés de la huitième législature semblent ne pas encore trouver la meilleure formule pour la cohésion au sein des conseils communaux ou municipaux. En témoigne, le boycott, par certains conseillers, des sessions ordinaires, notamment dans les communes de Cobly, Matéri et Dangbo. Ces sessions ont donc été reportées pour défaut de quorum.

Pendant ce temps, c’est le cafouillage au sein du conseil communal de Toviklin. Des chefs d’arrondissement ont été remplacés comme ce fut le cas dans les 1er et 2ème arrondissements de Cotonou. C’est dire que cette quatrième mandature de la décentralisation réserve beaucoup de surprises dans les semaines et mois à venir. Le mal est plus profond.

Le Certificat d’aptitude professionnelle ouvre le bal des examens

Au Bénin, le Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) a ouvert le bal des examens de fin d’année. C’est le Lycée Technique de Bohicon qui a abrité, lundi 22 juin dernier, le lancement officiel des épreuves, par le ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, Mahougnon Kakpo. Au total, 4.875 candidats, contre 4.783 en 2019, ont composé dans les options, telles que les Sciences et Techniques Industrielles (STI), Enseignement Familial et Social (EFS), Hôtellerie, Restauration (HR) et Sciences et Techniques des Métiers d’Art (STMA).

Adoption de six projets au profit des Forces de Défense, de Sécurité et assimilés

Mardi 23 juin dernier, les députés de la huitième législature ont examiné et adopté, au total, un ensemble de six (06) projets de loi, dont deux modificatives et complétives, relatives aux Forces armées et à la Police républicaine et quatre (04) autres, relatives aux statuts des personnels des Forces armées béninoises, de la Police républicaine, des fonctionnaires des Douanes et des fonctionnaires des Eaux, Forêts et Chasse. D’après le président de l’institution parlementaire, Louis Vlavonou, ces textes de loi ont pour ambition, d’une part, d’améliorer les conditions de vie et de travail des Forces de Défense, de Sécurité et assimilés et, d’autre part, de les rendre physiquement, intellectuellement et professionnellement aptes à faire face aux nouveaux défis sécuritaires.

Il s’agit de : projet de loi modifiant et complétant la loi n°90-016 du 18 juin 1990 portant création des forces armées béninoises ; projet de loi modifiant et complétant la loi 2017-41 du 29 décembre 2017 portant création de la police républicaine ; projet de loi portant statut spécial des personnels de la police républicaine ; projet de loi portant statut spécial des personnels des forces armées béninoises ; projet de loi portant statut spécial du personnel des douanes en République du Bénin ; projet de loi portant statut spécial du personnel du corps des eaux, forêts et chasse en République du Bénin.

An 1 de l’investiture de Louis Vlavonou

Samedi 27 juin dernier, cela faisait exactement un an que Louis Vlavonou a été investi, président de l’Assemblée nationale, 8ème législature. A la faveur d’un post sur sa page Facebook, ce dimanche 28 juin 2020, il a rendu grâce à Dieu et place le reste du mandat sous la clairvoyance de l’Esprit Saint. Il souhaite que son passage à la tête de l’institution parlementaire soit couronné de succès, à la satisfaction effective de tous les Béninois.

Il faut noter que le cercle des Amis de Vlavonou (CAV) n’a pas voulu passer, sous silence, ce premier anniversaire de la deuxième personnalité de l’État. A cet effet, il a demandé une messe d’action de grâce à la cathédrale Notre-Dame de Porto-Novo, hier, en l’honneur de Louis Vlavonou. Cette messe a connu la présence effective du Président de l’Assemblée Nationale et son épouse, des membres de son cabinet, des membres du Creuset, sans oublier les parents.

Des accidents de la circulation et incendie au marché Missèbo

Plusieurs accidents de la circulation ont été enregistrés, la semaine écoulée, à Cotonou, Calavi et dans d’autres localités du pays. De même, un incendie a causé, mercredi 24 juin dernier, d’énormes dégâts matériels au marché de friperie de Missèbo, à Cotonou, animé majoritairement par des ressortissants nigérians. Notons qu’une délégation du Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance s’est rendue sur les lieux pour s’enquérir de l’ampleur du drame et exprimer la solidarité de la Nation aux sinistrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus