Après les Etats-Unis, le Brésil veut aussi quitter l’OMS

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a menacé de retirer son pays de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), après que l’agence des Nations Unies a averti les gouvernements du risque de lever les blocages, avant de ralentir la propagation du nouveau coronavirus.

A lire aussi:

« Je vous le dis en ce moment, les États-Unis ont quitté l’OMS et nous étudions cela à l’avenir », a déclaré Bolsonaro à des journalistes, vendredi, devant le palais présidentiel. « Soit l’OMS travaille sans parti pris idéologique, soit nous partons aussi. » Le président américain, Donald Trump, allié idéologique de Bolsonaro, a déclaré, le mois dernier, que Washington mettrait fin à ses propres relations avec l’OMS, accusant l’organisation de devenir une marionnette de la Chine, où le coronavirus est apparu pour la première fois.

Bolsonaro a suivi un scénario similaire à celui du président américain dans sa gestion de la pandémie de coronavirus, minimisant sa gravité, critiquant les mesures de maintien à la maison des autorités de l’État et vantant les prétendus effets des drogues chloroquine et hydroxychloroquine contre la COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus