« Ronaldo torturait le pauvre John O’Shea » : quand Mikael Silvestre se souvient de Sporting-Manchester United

Ancien défenseur de Manchester United, Mikael Silvestre se souvient du match qui a changé le destin de Cristiano Ronaldo.

A lire aussi:

L’histoire est bien connue. A l’été 2003, le Sporting a crucifié Manchester United (3-1) à l’Estádio de Alvalade, lors d’une rencontre amicale. Un march qui a changé, à jamais, la vie du jeune Cristiano Ronaldo. Âgé alors de 18 ans, le Portugais a crevé l’écran, ce jour-là, en martyrisant notamment le défenseur des Red Devils, John O’Shea. Une belle performance qui a précipité son transfert en Angleterre.
En effet, après la rencontre, Alex Ferguson, ravi de la prestation de l’attaquant, n’a pas perdu de temps. Quelques semaines plus tard, Ronaldo a signé un contrat pour le club anglais.

Quelque chose, qui, selon l’ancien avant-centre mancunien, Mikael Silvestre, a commencé à être envisagé dans le vestiaire d’Alvalade. «C’était la première fois que j’étais face à face avec Ronaldo. Lors de la conversation d’équipe avant le match, Ferguson a dit qu’il y avait un enfant talentueux avec qui nous devions faire attention. Il n’a pas dit son nom, mais après, nous avons tous su qui il était », se souvient l’ex-international français au magazine FourFourTwo.
«Ronaldo torturait le pauvre O’Shea sur l’aile gauche, montrant sa vitesse et ses changements de direction avec le ballon. Nous avons juste pensé: ‘C’était bien d’avoir ce type avec nous’. Après le match, Gary Neville [capitaine de l’équipe] est entré dans le vestiaire et a dit: ‘Embauchez ce gamin…’ Sir Alex a répondu: ‘Voyons ce que nous pouvons faire », rapporte le Français, expliquant que le départ de Manchester United du stade a pris plus de temps que prévu à cause de CR7.

«Nous étions assis dans le bus et nous avons attendu plus longtemps que d’habitude, car Sir Alex parlait à Cristiano et Sporting, les convaincant de laisser le joueur aller à Manchester. (…) Après son arrivée au club, il a commencé à s’améliorer sous tous les aspects; on a pu voir que ce n’était qu’une question de temps, avant de devenir l’un des meilleurs au monde », a conclu Silvestre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus