Loi de Hong Kong : la Chine menace la Grande Bretagne de « contre-mesures »

Après que la Grande Bretagne a critiqué la loi chinoise sur la sécurité de Hong Kong et proposé même d’offrir la citoyenneté à 300 000 résidents de son ancienne colonie, Pékin a réagi et menacé Londres de « contre-mesures ».

A lire aussi:

Le parlement chinois a approuvé, jeudi, la loi sur la sécurité de Hong Kong, qui, selon les militants, les diplomates et les entreprises, mettra en danger le statut semi-autonome du territoire et son rôle de plaque tournante financière mondiale. Le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Australie et le Canada ont condamné cette décision, le même jour; le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, exhortant Pékin à « prendre du recul ». Il a déclaré que le Royaume-Uni autoriserait les quelques 300 000 personnes à Hong Kong, qui détiennent des passeports nationaux britanniques à l’étranger (BNO) à rester dans le pays pendant 12 mois, au lieu des six actuels, à moins que la Chine n’abroge la loi proposée.

Permettre aux détenteurs d’un passeport BNO de postuler pour travailler et étudier pendant des périodes extensibles de 12 mois « ouvrirait la voie à une future citoyenneté », a ajouté M. Raab, bien qu’il n’ait pas promis une amnistie définitive. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que, si le Royaume-Uni «insiste pour changer unilatéralement ses pratiques», ce serait en violation du droit international. « Nous nous y opposons fermement et nous réservons le droit de prendre des contre-mesures », a-t-il déclaré, vendredi, lors d’un point de presse à Pékin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus