Les filles du Révérend Camille Makosso : « Voici la condition pour épouser notre papa »

Deux mois seulement, après le décès de leur mère, Tatiana Kosséré, les filles de Camille Makosso cherchent déjà une compagne pour leur père. Au cours d’une émission télé, les enfants du Révérend pasteur ivoirien ont fixé, aux potentielles candidates, les conditions à remplir pour devenir leur belle-mère.

A lire aussi:

Celles qui cherchent à devenir la femme de Camille Makosso sont désormais fixées. Le Révérend pasteur est veuf depuis deux mois, suite au décès tragique de son épouse, Tatiana Kosséré, victime d’une crise post-chirurgicale. Un départ prématuré qui a suscité l’émoi chez les proches et sympathisants de la victime.

Devenu à nouveau célibataire malgré lui, l’homme de Dieu refuse de se mettre à nouveau en couple, malgré les propositions qui frappent à sa porte. « J’ai reçu 21 demandes en mariage, après le décès de ma femme… Certaines étaient les filles spirituelles de mon épouse. Aucun respect pour leur mère spirituelle. Elles veulent déjà prendre sa place », a-t-il fustigé. Et pourtant, l’idée que le le roi de la marmaille refasse sa vie ne déplaît pas à ses filles. Présentes aux côtés de leur père au cours d’une émission télé sur la chaîne Ivoire Music TV, Bérénice et Kimberly, les enfants de Tatiana, ont déclaré qu’elles ne sont pas opposées à ce que leur papa se marie à nouveau, mais pas avec n’importe laquelle.

Pour elles, celle qui sera l’heureuse élue devrait avoir les mêmes vertus que leur défunte mère. « Nous voulons une femme comme maman, une femme qui l’aime et qui nous aime aussi. Une femme qui est gentille parce que ma maman ne nous a jamais frappées. On ne veut pas d’une femme qui va venir se jouer la grande dame« , a lâché Kimberly, qui n’est pas du tout surprise du fait que leur père soit déjà courtisé par d’autres femmes. « C’est bizarre, mais cela ne nous étonne pas, parce que, quand maman était là, il y avait des femmes qui venaient draguer papa« , confie l’aînée de la fratrie Makosso.

Les deux jeunes filles ont également évoqué les relations entre leur père et sa belle-famille, qui seraient tendues ces derniers mois. « Si quelqu’un insulte notre papa, c’est comme s’il insultait notre maman. Donc si tu détestes notre papa, c’est comme si tu nous détestais. Tu n’aimes pas notre papa, nous aussi, on ne t’aime pas« , a clarifié la jeune Berenice Makosso.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus