Le Bénin doit adopter le modèle chinois pour « sortir de la pauvreté », Simon Pierre Adovelande

L’ambassadeur du Bénin près la Chine, Simon Pierre Adovelande, a accordé une interview exclusive au média chinois CGTN et s’est exprimé sur plusieurs sujets dont le concept de la « pauvreté ». Pour lui, il faut que le Bénin et l’Afrique sortent de la pauvreté.

A lire aussi:

Le diplomate béninois Simon Pierre Adovelande, représentant les intérêts du pays en République Populaire de Chine s’est exprimé sur CGTN pour discuter de la coopération bilatérale entre les deux pays et de son expérience en Chine. Lors de son intervention, M. Adovelande a évoqué la question de la pauvreté et a fait un bref rapport sur la conceptualisation du phénomène en Chine et en Afrique, principalement au Bénin. Selon le diplomate béninois, c’est la manière dont on s’attaque à la pauvreté qui déterminera la fin, si on en arrivera à bout ou pas. Il estime que le modèle chinois est un peu différent que celui qui est traditionnellement expérimenté au Bénin et dans plusieurs autres pays du monde.

« La pauvreté est d’abord une affaire de mentalité… Et quand on part sur ce terrain, on voit que l’approche de la Chine est un peu différente de l’approche que nous connaissons traditionnellement », a fait remarquer l’ambassadeur. Il poursuit son propos en expliquant les différents concepts mis en œuvre dans chaque région. « En Chine on parle de ‘Sortir de la pauvreté’ et traditionnellement on parle de ‘Lutte contre la pauvreté’, c’est deux concepts différents », souligne SPA expliquant que « ‘sortir de la pauvreté’, c’est que la personne prend conscience que la condition dans laquelle elle est n’est pas normale et il faut qu’elle sorte de là pour aller vers la prospérité. Lutter contre la pauvreté, c’est que vous acceptez votre condition et vous restez là et on vient vous assister de façon permanente ».

Après ces explications du diplomate béninois, il estime que ce qui a été fait pour l’éradication de la pauvreté en Chine est un modèle à suivre et à mettre en pratique. « Je pense que ce qui a été fait pour l’élimination de la pauvreté en Chine doit être partagé parce qu’il faut sortir de la pauvreté, changer de mentalité pour aller vers la prospérité », a martelé Simon Pierre Adovelande.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus