Covid-19 – Hydroxychloroquine: «On peut le dire haut et fort, le Pr Raoult se trompe !»

Le professeur Jean-François Bergmann, ancien vice-président de l’ANSM, condamne les pseudo-sciences, dont l’hydroxychloroquine recommandée par Didier Raoult. Mais, dans une nouvelle vidéo, publiée ce lundi, Didier Raoult contre-attaque.

A lire aussi:

Le Pr Jean-François Bergmann, qui a travaillé pendant 10 ans au sein de l’agence du médicament, tire à boulets rouges sur les « pseudo-sciences ». Le Pr Jean-François Bergmann déplore un manque de coordination dans les essais cliniques menés en France et remet en cause la méthode de travail utilisée par le Pr Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée à Marseille (Bouches-du-Rhône).

En effet, publiée vendredi 22 mai dans le Lancet, une étude met en valeur l’inefficacité de l’hydroxychloroquine dans le traitement contre la Covid-19. Ce médicament, lequel est même associé à un risque accru de mortalité. Le professeur Jean-François Bergmann a commenté auprès du Parisien la polémique autour du traitement prôné par l’infectiologue Didier Raoult. « Maintenant que la situation s’est calmée, on peut le dire haut et fort, ce monsieur se trompe! », lance-t-il, affirmant que suffisamment de preuves sont désormais réunies pour prouver l’inefficacité de cette molécule dans le traitement de Covid-19.

 Le professeur Jean-François Bergmann, vice-président de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), de 2003 à 2013, a évoqué l’étude menée sur 96.000 patients hospitalisés, dont les résultats ont démontré «une diminution de la survie à l’hôpital et une augmentation de la fréquence des arythmies ventriculaires», liée à la chloroquine, sans même pouvoir confirmer son efficacité. Selon M.Bergmann, la lenteur des recherches en France a favorisé l’apparition de ces pseudo-sciences. « On s’en est pris plein la figure. Lui avait le traitement et nous, on était des crétins auxquels il refusait tout débat scientifique. On s’est tus avec élégance », confie-t-il.

Le professeur Didier Raoult contre-attaque

Dans une nouvelle vidéo, publiée sur les réseaux sociaux, le fervent défenseur de l’hydroxyxhloroquine remet en cause l’étude américaine. « Comment voulez vous qu’une étude foireuse faite avec les big data change ce que nous avons vu? Nous avons fait 10.000 électrocardiogrammes ici chez les malades, qui ont tous été vus par une équipe de cardiologues. Je ne vais pas changer d’avis quels que soient l’étude et le journal. […] Moi c’est pas mon problème, il nous est passé 4.000 malades dans les mains, je vais pas changer d’avis parce qu’il y a des gens qui font du big data, qui est une fantaisie délirante qui mélange toutes les données », commence-t-il.

Au fil de ses propos, Didier Raoult s’en est, une nouvelle fois, pris aux médias, qui, selon lui, tordent la réalité, afin de discréditer son traitement. « C’est plus se poser la question s’il existe une dérive des journaux de recherche médicale comparable à la dérive des journaux généralistes dans lesquels la réalité est tordue d’une telle manière que ce qui est rapporté n’a plus rien à voir avec une réalité observable. Rien ne pourra effacer ce que j’ai vu de mes yeux », assure-t-il encore.

Afin de prouver sa bonne foi, celui qui a rencontré Emmanuel Macron à Marseille, il y a quelques semaines, a également invité quiconque voudrait contrôler ses travaux. « Il suffit de venir voir les dossiers chez nous. Regardez les données, il y a 36 personnes qui sont mortes. On a regardé les causes de mortalité, il n’y en a aucun qui est mort de péricardite ventriculaire, c’est loin de 10% c’est faux. Qui se trompe, celui qui a vu les malades? », interroge-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus