Côte d’ivoire : deux mois après le décès de sa femme, Camille Makosso règle ses comptes avec sa belle-famille

Connu pour ses sorties à polémique, Camille Makosso a encore fait parler de lui cette semaine. Le révérend pasteur a fait de grands déballages sur sa belle-famille avec laquelle, selon lui, les relations sont très conflictuelles.

A lire aussi:

Deux mois seulement après le décès surpris de sa femme, Tatiana Kosseré, Camille Makosso règle déjà ses comptes avec sa belle-famille. En ligne de mire, la mère de sa défunte épouse avec qui les relations n’auraient rien en envier avec celles du chien et du chat. En effet, dans un live-vidéo publié sur Facebook, devenu son lieu de culte, le révérend pasteur a fait savoir qu’il n’a jamais été en de bons termes avec la mère de la prophétesse, Tatiana Kosseré. « Ma belle (belle-mère, Ndlr) ne m’a jamais aimé et elle ne m’aimera jamais. Elle me l’a dit. Ma femme est décédée, c’est sa fille, je pleure pour elle parce que ma femme aimait sa maman. Ma responsabilité, c’est honorer les deux familles… Mais la famille qui n’a pas besoin de mon honneur, elle pleure de son côté et je pleure de mon côté. « , a soutenu le roi de la marmaille.

Dans son direct, l’homme de « Dieu » a fait savoir que les parents de sa défunte femme ne se sont jamais renseignés sur l’état des enfants, depuis le départ de leur mère, bien qu’ils en ont les moyens. Une attitude qui fait dire au  »Général » que les parents de Tatiana n’avaient jamais aimé leur fille. « Vous êtes sûrs que vous aimiez votre fille Tatiana?… Vous voulez qu’on vienne s’asseoir pour parler, mais sachez que Facebook là, c’est moi le maître… Il y a l’un de ses parents qui a dit qu’ils ne veulent pas se répandre sur Facebook, mais venez vous répandre sur Facebook. Celui qui donne une seule information de diffamation, je le fais arrêter en Cote d’Ivoire. J’ai compris que, dans cette affaire, ils veulent faire des règlements de compte du début de mariage… Je n’accepterai plus jamais que cette famille brise l’avenir de mes enfants« , a-t-il martelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus