Canada: vers l’extradition aux États-Unis de la directrice financière de Huawei

La Cour suprême de la Colombie-Britannique a mis fin le 27 mai, aux espoirs de Meng Wanzhou, la vice-présidente et directrice financière de Huawei. Le processus de son extradition vers les États-Unis se poursuivra.

La justice canadienne a donné le feu vert à la poursuite de l’extradition de la dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, vers les États-Unis, où elle est accusée de fraude pour avoir contourné les sanctions américaines contre l’Iran. En liberté surveillée depuis son arrestation, en décembre 2018, à Vancouver, à la demande de la justice américaine, Meng Wanzhou réclamait sa libération, mercredi 27 mai, arguant que la condition de “double incrimination” pour l’extradition ne pouvait être satisfaite. La juge Heather Holmes a rejeté cet argument.

Dans son jugement, elle estime que le fait que Mme Meng ait menti à la filiale américaine de la banque HSBC, pour obtenir près de 1 milliard de dollars de crédit, constituerait une fraude si elle se produisait au Canada. La juge Holmes écrit également : « La conception de Meng Wanzhou concernant la ‘double incrimination’ limiterait sérieusement la capacité du Canada de s’acquitter de ses obligations internationales dans le contexte de l’extradition pour fraude et autres crimes économiques. »

Sous réserve d’un appel de la part de la directrice financière du géant des télécommunications chinois, Huawei, cela signifie que les procédures d’extradition peuvent suivre leur cours. L’ambassade chinoise au Canada a très mal réagi à cette décision. Ses porte-paroles considèrent que les droits de cette citoyenne chinoise ont été violés. Un peu plus tôt, cette semaine, le ministre chinois des Affaires étrangères a menacé, à mots couverts, le Canada. Il a laissé entendre que les relations entre les deux pays pourraient se dégrader.

Tout cela n’augure rien de bon pour Michael Kovrig et Michael Spavor : ces deux Canadiens croupissent dans une prison chinoise depuis que la numéro deux de Huawei a été arrêtée à Vancouver. Plusieurs craignent qu’ils ne restent en prison, tant que Meng Wanzhou ne pourra pas rentrer en Chine.

https://twitter.com/ChinaEmbOttawa/status/1265762374004494338

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus