Habib Ahandessi

Bénin: Habib Ahandéssi raconte son amer séjour en cellule d’isolement (vidéo)

Reçu sur l’invité de BENIN WEB TV de ce mercredi 13 mai 2020, Habib Ahandessi, président du Mouvement socialiste révolutionnaire (MSR), membre du parti USL (Union Sociale Libérale) et président d’honneur de l’ONG La Voix des Etudiants, revient sur son arrestation, son procès au tribunal de première instance de première classe de Cotonou, son amer séjour en cellule d’isolement, puis sa libération.

Arrêté dans le cadre de la procédure judiciaire engagée après les violences électorales survenues à Cadjèhoun les 01 et 02 mai 2019, Habib Ahandessi, président du Mouvement socialiste révolutionnaire (MSR), membre du parti USL (Union Sociale Libérale) et président d’honneur de l’ONG la voix des Etudiants a été libéré vendredi 08 novembre 2019 au même titre que tous les autres bénéficiaires de la loi d’amnistie. “J’ai été arrêté (à 18 heures Ndlr) par des hommes en civile qui me suivaient depuis le matin (…) devant l’école Camara Laye sur les pavés de Tankpè (commune d’Abomey-Calavi Ndlr).” a confié Habib dans un entretien accordé à BENIN WEB TV.

Habib Ahandessi, mis en cellule d’isolement…

Dans son entretien, Habib Ahnadessi est revenu sur son séjour carcéral. A l’en croire , placé sous mandat de dépôt le 13 mai 2019 sans aucune charge concrète, une seule expérience l’a marqué à la prison civile de Cotonou. “L’expérience la plus douloureuse qui m’a marqué, c’est d’avoir été isolé suite à un petit incident entre le régisseur adjoint et moi”, dit-il. Selon ses confidences au micro de BENIN WEB TV, à l’arrivée, dès les premiers jours, il s’était opposé à certaines injustices observées.

“La cellule d’isolement, c’est comme l’enfer, vous êtes dans une petite pièce assez minuscule, c’est là que vous faites tous vos besoins, vous n’avez même pas de place pour dormir. J’ai fais à peine trois jours et je suis tombée malade, j’ai fais une crise et j’ai été envoyé à l’infirmerie de la prison où j’ai passé deux nuits sous perfusions. Après les deux nuits, j’ai été renvoyé encore dans la même cellule puis , ça a recommencé”, a t-il dénoncé. Après les huit jours en cellule d’isolement, Habib Ahandessi a indiqué avoir été interdit de visite. Puis de poursuivre: “Après mes huit jours isolement, on m’a fait changer de bâtiment (de plus de 195 personnes Ndlr). Malgré ça, je me suis adapté. (..)”.

1 commentaire
  1. DJANNANTO D. Descartes dit

    C’est plus que cruel…..
    Je me demande si il y a t-il toujours un droit de l’homme qui convenable au loi établir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.