Logo du parti Union sociale libérale (USL)

Bénin – Communales 2020: l’Usl invite ses militants au boycott du scrutin

Les militants et sympathisants du parti Union sociale libérale (USL) savent désormais à quoi s’en tenir pour les élections communales du dimanche prochain. Ils viennent d’avoir le mot d’ordre des responsables de cette formation politique.

Hors course pour le compte des élections communales du dimanche 17 mai 2020, le parti Union sociale libérale n’entend pas donner sa caution à cette élection qui veut se dérouler en violation de l’ordonnance de la Cour Africaine des Droits de l’ Homme et des Peuples, rendue en faveur de son Président d’honneur, Sébastien AJAVON, et qui demande de surseoir à l’organisation de ce scrutin. Dans un communiqué à l’endroit des militants, les responsables de cette famille politique les invitent à s’abstenir de toute participation à ces élections. “Les élus qui sortiront de cette parodie d’élections seront illégaux et leurs actions illégales. Et ils ne seront même pas fondés à parrainer aucun candidat pour l’élection présidentielle de 2021. Alors, pourquoi vous dérangez-vous ? Restez chez vous !“, lit-on dans le communiqué. Dans leur adresse, les responsables de l’USL estiment que les conditions actuelles de l’organisation des Communales du 17 mai 2020 ainsi que la présidentielle de 2021 sont attaquables par n’importe quel citoyen et devant n’importe quelle juridiction.

A lire aussi: Bénin: un commissaire et son adjoint mis aux arrêts de rigueur

Aussi, invitent-ils leurs militants à boycotter ces élections. “Ce n’est donc point nécessaire de participer à une action illégale. Restez chez vous !“, lit-on encore. A les en croire, en dehors des raisons de droit, la crise sanitaire elle-même vient nous dicter la conduite à tenir: ne pas sortir de chez nous et ne prendre aucun risque inutile de contamination à la covid-19. “Votre santé compte avant tout et est plus importante que toute précipitation politicienne coupable.
Alors, Restez chez vous !“, martèle-t-il toujours dans ce communiqué. Il importe de préciser qu’avant cette sortie de l’USL, les responsables, lors d’une conférence de presse tenue le 05 mai dernier, ont présenté quatre exigences au gouvernement. Il s’agit de:

  • Respecter sa signature en évitant des remises en cause comme celle observée dans le retrait du protocole de la CADHP ;
  • Respecter la dernière ordonnance de suspension de l’organisation des élections municipales qui ne sont pas une exigence constitutionnelle à une date prévue, sauf à faire des calculs politiciens connus de tous. Devrons-nous rappeler qu’il y a déjà un précédent et que des élections ont été déjà reportées au Bénin ! ; 
  • Respecter toutes les décisions antérieures de la CADHP qui restaurent et réhabilitent monsieur Sébastien AJAVON dans ses droits politiques et civiques ;
  • Restituer à l‘Union Sociale Libérale ses documents administratifs, dont la confiscation par le gouvernement l’empêche d’exercer son droit légitime à animer la vie politique dans l’esprit du multipartisme intégral, tel que voulu par la Conférence des forces vives de la Nation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.