Ph: Romuald-Wadagni-ministre-des-Finances-et-de-lEconomie-Bénin Révélé Mag

UMOA-Titres: le Bénin à la recherche de 70 milliards sur le marché financier

Le Bénin est très présent sur le marché financier de l’UMOA depuis quelques semaines. Après les 30 milliards obtenus récemment, le Bénin est de retour avec une demande un peu plus élevée, 70 milliards de FCFA, ce jeudi 02 avril 2020.

Sur le marché financier de l’UMOA, le Bénin va émettre ce jeudi des obligations assimilables du trésor. Selon les informations fournies sur le site de l’UMOA, la demande du Bénin est émise en trois OAT.

Il y a l’OAT de 60 mois mois dont l’échéance est fixée au 6 mars 2025, avec un taux d’intérêt de 6%. Le remboursement de ces obligations se fera le premier jour ouvrable suivant la date d’échéance (remboursement In Fine). Le paiement des intérêts se fera l’an dès la première année.

La deuxième OAT est de 7 ans avec une échéance fixée au 6 mars 2020 et un taux d’intérêt de 6, 4%. Enfin, la dernière OAT est de 10 ans, échéance fixée au 6 mars 2019, et un taux d’intérêt 6,5%. Il faut noter que la valeur nominale pour les trois OAT est de 10 milles FCFA.

Le Bénin vent en pourpe

Le Bénin bénéficie toujours de la confiance des acteurs du marché financier de l’UEMOA. Sa dernière mobilisation de fonds en est une illustration. Alors qu’il avait sollicité une somme de 80 milliards de FCFA, le pays s’est vu offrir 112 milliards de FCFA, sur lesquels il a retenu 88 milliards de FCFA.

Selon des experts du marché financier de l’UEMOA, il s’agit d’un emprunt, historique sur le marché par adjudication. La structuration et le taux de couverture enregistré sont les deux caractères particuliers notés dans cette opération menée par le Bénin. A noter que les émissions sont faites avec des maturités de 5 ans, 7 ans et de 10 ans  in fine.

Quelques jours après, le pays a également sollicité un montant de 30 milliards de francs CFA sur le marché financier de l’UMOA. Sur un montant global de 35,404 milliards de francs CFA, le Bénin a retenu 30 milliards de FCFA et rejeté 5,404 milliards de FCFA, soit un taux d’absorption de 84,74%.

« Emprunter plus de 80 milliards pourquoi pas ! mais nous devons savoir à quelle fin.. « 

Tel est le nom de l’opinion de l’ancien ministre Ganiou Soglo quelques jours après la levée des 88 milliards par le Bénin. Pour ce dernier qui se dit préoccupé par le rythme accéléré des emprunts que le pays contracte depuis l’avènement de la nouvelle équipe gouvernementale en 2016, “il nous faut intégrer que les emprunts sur les marchés financiers ne doivent pas servir à payer les salaires, les encours des dettes ou à financer l’asphaltage dans les quartiers les plus huppés de Cotonou.” 

Par contre, le financement d’une desserte qui permettrait le désenclavement des zones de Toffo ou Zè afin que les productrices d’ananas puissent avoir accès aux marchés, oui cela nous parle. Le bitumage d’une route secondaire autour d’Akosombo à Cotonou pour désengorger cette partie de la capitale qui est un calvaire aux heures de pointe, oui cela nous parle.

Pour lui, il est important de ne pas occulter ce débat car c’est «NOUS» qui payons l’addition. Leur remboursement dans quelques années, affirme-t-il, “sera au prix fort avec la remontée probable des taux d’intérêts.”

2 commentaires
  1. Aziz dit

    Vraiment Ganiou, il faut la fermé. Vous avez été incapable en votre temps et vous voulez des leçons. Franchement laissez les gens travailler tranquillement pour notre pays.

  2. DODJIVI dit

    Pourquoi intégrer la réaction passée de Ganiou dans cet article. Il faut preuve de mauvaise foi et d’incompétence. Il doit savoir une fois pour toutes que ces emprunts, pour la plupart, sont des emprunts revolving, destinés à des remboursements d’autres dettes arrivées à maturité. En effet tous les États financent leurs besoins sur le marché

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.