Patricia Mahoney, Ambassadeur des États-Unis au Bénin @ Flickr

“Nous sauverons des vies à l’étranger et aux États-Unis”, Patricia Mahoney évoque la Covid-19

Le leadership américain dans la lutte mondiale contre la Covid-19 s’inscrit dans la continuité des jours, mois, et décennies d’assistance. Chaque jour, une assistance technique et matérielle américaine supplémentaire arrive dans les hôpitaux et laboratoires du monde entier. Ces efforts s’appuient, eux aussi, sur des décennies d’expertise, de générosité et de planification sans égal de la part des États-Unis.

 

L’aide des États-Unis répond à des motifs altruistes, car nous pensons que c’est la chose à faire. Nous agissons également de la sorte parce que les pandémies ne respectent pas les frontières nationales. Si nous pouvons aider les pays à contenir les épidémies, nous sauverons des vies à l’étranger et aux États-Unis.

 

C’est cette générosité et ce pragmatisme qui font que les États-Unis ont été l’un des premiers pays à venir en aide au peuple chinois, dès que des informations ont fait état d’une autre épidémie à Wuhan. Début janvier, le gouvernement des États-Unis a proposé une assistance technique immédiate au Centre chinois de contrôle des maladies.

Notre réponse va maintenant bien au-delà de cet engagement initial. Depuis le début de l’épidémie de covid-19, le gouvernement américain a engagé à ce jour une aide de près de 500 millions de dollars. Ce financement permettra d’améliorer l’éducation en matière de santé publique, de protéger les établissements de santé et d’accroître les capacités de laboratoire, de surveillance des maladies et d’intervention rapide dans plus de 60 des pays les plus à risque au monde.

Notre assistance aide les gens dans les circonstances les plus difficiles. Par exemple, le gouvernement américain travaille avec des ONG pour livrer des médicaments, des fournitures médicales et de la nourriture au peuple syrien, y compris dans les zones contrôlées par le régime en place. En Somalie, l’assistance sanitaire et humanitaire d’urgence fournira un soutien et des fournitures en matière de santé, afin de renforcer les activités liées à l’eau et à l’assainissement. Nous aidons nos amis de l’Afrique à l’Asie et bien au-delà.

Notre pays reste le plus grand donateur en matière de santé et d’assistance humanitaire pour le développement et le renforcement de capacités à long terme, face à des crises récurrentes. Ces fonds ont permis de sauver des vies, de protéger les populations les plus vulnérables aux maladies, de construire des établissements de santé, et de contribuer à la stabilité des communautés et des nations.

L’Amérique finance près de 40 % des programmes mondiaux d’assistance sanitaire, à hauteur de 140 milliards de dollars d’investissements sur les 20 dernières années, soit cinq fois plus que le deuxième bailleur de fonds. Depuis 2009, les contribuables américains ont généreusement financé plus de 100 milliards de dollars d’aide sanitaire et près de 70 milliards de dollars d’aide humanitaire dans le monde.

 

Cela inclut le Bénin, où nous avons soutenu la lutte contre le paludisme, renforcé les efforts pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant, et répondu au besoin de planning familial. La semaine dernière encore, l’Initiative du Président des Etats-Unis contre le paludisme a fourni deux millions de moustiquaires dans le cadre de la campagne de distribution de moustiquaires menée par le Ministère de la Santé, et elle finance actuellement un programme de pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide à effet rémanent dans six communes, ce qui permettra de protéger un million de personnes contre le paludisme.

Dans le cadre de leur contribution annuelle de 25 millions de dollars à l’aide au développement au Bénin, les États-Unis forment des agents de santé communautaires et équipent les établissements de santé, afin qu’ils puissent fournir des soins vitaux en première ligne de la maladie.  Et l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International prête également son expertise au Ministère de la Santé pendant la pandémie de covid-19, partageant son expérience en matière de logistique de la chaîne d’approvisionnement, de renforcement des systèmes de santé et d’épidémiologie.

 

Bien sûr, ce n’est pas seulement notre gouvernement qui aide le monde. Les entreprises, les ONG et les organisations confessionnelles luttent contre la pandémie à l’étranger, main dans la main, avec leurs homologues.  Ici, au Bénin, l’exportateur de sodabi Tambour, une compagnie qui appartient à des Américains, a réorienté sa production vers les gels désinfectants pour les mains, destinés au marché local, afin de répondre à la demande croissante. Des linguistes d’une université américaine ont collaboré avec une ONG béninoise exclusivement féminine pour produire une vidéo de prévention de covid-19 en langue fon.

 

Comme ils l’ont fait à maintes reprises, les États-Unis aident les autres lorsqu’ils en ont besoin.

 

La pandémie de covid-19 ne fait pas exception à cette règle. Nous continuerons d’aider les pays à mettre en place des systèmes de soins de santé résilients permettant de prévenir et de détecter les épidémies de maladies infectieuses ainsi que d’y réagir. Tout comme les États-Unis font du monde un lieu plus sain, plus pacifique et plus prospère depuis des générations, ils montreront la voie et vaincront notre ennemi pandémique commun, afin que nous en ressortions tous plus forts.

 

Éditorial de Patricia Mahoney, Ambassadeur des États-Unis au Bénin.

1 commentaire
  1. Rhony Tognide dit

    Les Etats Unis n’ont pas besoin de l’OMS pour nous maintenir en bonne forme… Merci L’ Amérique!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.