« Le Bénin a beaucoup attendu avant de prendre des décisions », Amissétou Affo Djobo

Dans le cadre de la riposte contre le nouveau coronavirus, le gouvernement béninois a beaucoup hésité avant de prendre des décisions. C’est du moins l’avis de l’ancienne parlementaire Amissétou Affo Djobo, qui estime que les autorités du Bénin ont fait preuve de légèreté dans ce dossier et les décisions prises sont approximatives.

Le 16 mars 2020, le Bénin a confirmé son premier cas de contamination à la Covid-19. En l’espace de deux semaines, la barre de la vingtaine est presque franchie. Dans une publication sur sa page Facebook, Amissétou Affo Djobo accuse le gouvernement de n’avoir pas fait preuve de pro-activité dans la gestion de la prévention de cette pandémie.

«  »Le Bénin a beaucoup attendu avant de prendre des décisions. Au moment où tout le peuple béninois attendait des décisions plus fortes, le conseil des ministres du mardi 17 mars dernier m’a laissé sur ma soif« , a-t-elle déploré. Selon elle, le gouvernement a manqué de faire comme ces pays qui, n’ayant même pas enregistré un seul cas, ont pris des mesures drastiques pour que le pire n’arrive pas.

A Lire aussi: Bénin: Amissétou Affodjobo dénonce des inégalités qui entravent l’égalité des sexes
Pour l’ancienne parlementaire, même les décisions que prennent les autorités lui semblent approximatives.  » On agit avec une certaine légèreté. On fait tout comme si on n’est pas trop concerné par le mal. On pond des communiqués sans actions fortes tout comme si le mal n’est pas aussi préoccupant.« , indique-t-elle. Selon elle, quand on sait la manière par laquelle le virus se propage, la mesure de la fermeture des écoles devrait être la première décision à prendre.

« Il aurait fallu 5 cas confirmés avec des centaines de personnes mises en quarantaine avant de décider finalement des congés anticipés pour les apprenants dans les écoles et lycées du pays.« , fait-elle remarquer. Elle ne comprend toujours pas que les frontières aériennes soient toujours ouvertes alors qu’elle reste convaincue que la solution est de les fermer et de prendre des décisions fortes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus