Covid-19 au Bénin: émeute dans un hôtel dédié à la mise en quarantaine des voyageurs

La journée du lundi 06 avril 2020 a été visiblement très longue pour le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin. Après avoir annoncé dans la matinée, le premier décès lié au Covid-19 enregistré au Bénin, il est revenu dans la soirée annoncer la détection de nouveaux cas.

A lire aussi:

Dans sa dernière sortie de la journée, il a porté un fait déplorable à la connaissance du public. Selon le Professeur Benjamin Hounkpatin, les trois nouveaux cas ont été détectés suite aux tests effectués sur les voyageurs en quarantaine dans les hôtels.

Mais les choses ne se sont pas passées dans la discipline comme l’aurait souhaité l’autorité ministérielle. « Malgré les appels insistants à la patience et au civisme, les personnes en quarantaine dans l’un des hôtels dédiés ont provoqué une émeute dans le hall de cet hôtel cet après-midi », a déploré le ministre.

La conséquence de cet acte, c’est que les voyageurs concernés sont obligés de reprendre la quarantaine. « Ils resteront en quarantaine encore pendant 14 jours », a déclaré le ministre. Il justifie cette décision par le fait que parmi ceux qui ont créé l’émeute, trois personnes ont été testées positives, et puisqu’il y a eu un contact potentiellement contaminant, il faut donc proroger leur quarantaine. Il faut noter qu’à la date du lundi 6 avril 2020, le Bénin compte 26 cas confirmés, 20 sous traitement, 5 cas guéris et 1 décès.

3 commentaires
  1. Sagess dit

    Tout ça à cause de l’entêtement à laisser nos frontières ouvertes.
    Si on avait fait preuve d’anticipation en fermant nos frontières tôt, on ne serait pas en train de dépenser nos maigres ressources dans des hôtels, sans compter des émeutes.
    Je vous croyais futés.
    Yé do bo noumi wê a?

  2. TOUTOUOLA dit

    Croyez-moi les frontières fermées ou pas ne changerait rien. Le virus était déjà en afrique avant que L’OMS ne donne l’alerte. La situation en Europe montre très bien la complexité des mesures adéquates à adopter. On ne peut pas prendre des mesures restrictives à tout va sans savoir comment se comporte l’animal dans notre pays.
    Je n’aimerais pas être à la place des gouvernants…Ils se posent les mêmes questions que vous et moi, mais en plus, ils ont la responsabilité de la survie de la population la plus pauvre. VOYONS le problème dans sa globalité. Les gouvernants ne sont pas plus à l’abri que vous et moi, c’est la grande différence dans cette affaire

  3. Thierry dit

    Voilà ce qu’on dit ! Il y a une situation que personne ne maîtrise réellement ,les autorités de mon pays font ce qu’elles peuvent mais on est tellement indisciplinés qu’on met tout en danger ! Et puis au lieu de condamner ces actes d’incivisme il se trouve des gens pour venir nous parler de frontières qui seraient ouvertes ! c’est quoi cette tendance à vouloir accabler toujours nos dirigeants ! Tous ces cas qu’on voit aujourd’hui c’est le résultat d
    e la mise en quarantaine de ces gens qui arrivent dans notre pays ! Et si on les avait laissé rentrer tranquillement chez eux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus