Covid-19 au Bénin: 6 000 FCFA de contravention pour non port de masque

Le port obligatoire de masque contre la Covid-19 est appliqué dans le cordon sanitaire depuis ce mercredi 8 avril 2020. Comme annoncé par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, la police républicaine use de tous les moyens légaux pour contraindre les populations concernées au respect de cette mesure. Certains en font même déjà les frais.

A lire aussi:

Ce jeudi 9 avril, un motocycliste a été contraint de payer la somme de 6 000 FCFA à titre de contravention pour non port de masque. Il a été interpellé à Cotonou, l’une des villes prises en compte par le cordon sanitaire. Sur d’autres axes de la même ville, certains agents de la police républicaine verbalisent les usagers sans masques, les obligent à en faire l’achat avant de les laisser partir.

De sources sécuritaire, la répression est combinée avec une campagne de sensibilisation. L’objectif est de faire comprendre aux populations que le port de masque, en cette période critique, est l’une des mesures fortes pour limiter la propagation du virus.

Pas de sortie sans masque

Dans son communiqué, rappelant l’application de la mesure de port obligatoire de masque dans le cordon sanitaire, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Sacca Lafia, a fait savoir que tous ceux qui ne disposent pas de masque de protection sont priés de rester chez eux. Cette réaction du patron de la sécurité intérieur est bien justifiée par la répression menée sur le terrain par ses éléments.

Les populations entre coût élevé et indisponibilité des masques

Il faut noter qu’au sein des populations, l’adhésion est unanime sur l’importance du port de masque. Mais malgré la volonté de se protéger, elles sont confrontées à la cherté de ces articles de protection ou encore à leur indisponibilité dans les pharmacies.

Dans certaines pharmacies, le stock subventionné par l’Etat, dont l’unité est vendue à 200 FCFA, s’écoule très vite. A l’épuisement de ce stock, elles proposent des maques de leurs propres stocks, vendus à 400 FCFA au moins. Ce qui revient très coûteux pour les Béninois, surtout qu’ils sont appelés à en utiliser au moins 3 par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus