Covid-19: l’usage de l’Apivirine du Béninois Valentin Agon interdit au Burkina Faso

Au Burkina Faso, les populations sont invitées à se préserver de la consommation du produit « APIVIRINE 500 Mg gélules » dans le traitement contre le Coronavirus. Cette information a été donnée ce lundi 6 avril 2020 par communiqué de la Direction générale de l’Agence Nationale de Régulation Pharmaceutique (ANRP).

A lire aussi:

Selon le communiqué de l’Agence, l’Apivirine du Béninois Valentin Agon est présenté comme un médicament issu de pharmacopée traditionnelle béninoise. Mieux, l’ANRP précise que l’introduction de ce produit au Burkina Faso n’a pas été autorisée conformément aux dispositions législatives et réglementaires, régissant la commercialisation des médicaments sur le territoire burkinabé.

 « Le produit APIVIRINE 500 mg gélules n’ayant jamais été évalué pour aucune des indications thérapeutiques revendiquées, ne peut fait l’objet ni d’une cession à la population et encore moins de publicité par les canaux de communication sur le territoire burkinabé », peut-on lire dans le communiqué de l’ANRP.

Intégralité du communiqué de l’ANRP

L’image contient peut-être : texte

5 commentaires
  1. gautier dit

    Le brevet de l’apivirine ou anciennement appelé api-palud se trouve ici : https://patentscope.wipo.int/search/fr/detail.jsf?docId=WO2007129136&tab=PCTDESCRIPTION
    Il est public et chacun peut le lire.
    Ce produit est composé d’une décoction de feuilles de palmier à huile durant 45 minutes à 100° – C’est tout – Quand on connait les salaires des travailleurs en Afrique on s’apercevra facilement que vendre une simple décoction de feuilles de palmier (abondantes en Afrique et partout dans le monde à la même latitude, plus de 12500 FCFA c’est quelque chose d’assez surréaliste ! Le palmier à huile est connu comme une plante médicinale depuis des siècles et ses feuilles ont déjà fait l’objet de recherches contre le paludisme.
    Il faut savoir que dans le cas du coronavirus (et de tous les virus d’ailleurs), ce n’est pas la chloroquine (ou l’apivirine ou autre antipaludéen) qui tue le virus. C’est le zinc qui tue le virus. Ces antipaludéens ont un effet ionophore du zinc ; c’est à dire qu’ils favorisent l’introduction du zinc dans la membrane de la cellule qui, sans ces aides aurait beaucoup de mal à y entrer afin de détruire les virus et empêcher leur développement. Par conséquent il faut que chacun augmente son taux de zinc dans le corps et augmente également la qualité de son système immunitaire. Dans ce cas, le covid 19 sera facilement vaincu. Il faut que chacun augmente son zinc, vitamine C, vitamine D (qui intensifie le système immunitaire et empêche la formation d’orages de cytokines responsables des sévères pneumonies souvent mortelles conséquences du covid 19)). L’Afrique regorge de produits naturels qui renforcent cette immunité. Alors faites confiance aux gens qui connaissent les plantes et les fruits.

  2. Guerbois dit

    C’est exact..burkinabés, mangez la gouttière de votre voisin, le zing vous immunisera !!!

  3. Mary dit

    Ce n’est pas zing
    Mais zinc
    Pffff

  4. Mapcail dit

    « Le produit APIVIRINE 500 mg gélules n’ayant jamais été évalué pour aucune des indications thérapeutiques revendiquées, ne peut fait l’objet ni d’une cession à la population et encore moins de publicité par les canaux de communication sur le territoire burkinabé », dixit l’ANRP du Burkina.

    OK, dans ce cas, si vous êtes de bonne foi, montrez aux chercheurs la démarche à suivre pour faire évaluer ce médicament dans votre Agence. Sinon votre refus de ce médicamanent semble louche. On a l’impression qu’un ordre est venu de PARIS pour vous interdire d’utiliser ce medicament car cela ne fait pas l’Affaire des BIG PHARMA occidentales…

  5. Catherine dit

    En réponse à Gautier, vous confondez l’apivirine (un médicament utilisé pour lutter contre le SIDA) avec un anti palu… Les nom se ressemblent un peu mais vous n’aavez pas prouvez que c’est le même oduit

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus