Logo du parti FCBE

Communales au Bénin : le parti FCBE relève une faille du code électoral

Les partis en lice pour les élections communales du 17 mai prochain ont un véritable défi à relever, celui des 10℅ pour prendre part à l’attribution des sièges. Cette disposition est une faille de la loi, relève l’ancienne Ministre de l’eau et membre du parti Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), Christine Gbédji, reçue ce dimanche 19 avril 2020 sur la télévision privée, Eden TV.

« Seules les listes, ayant recueilli au moins 10% des suffrages valablement exprimés au plan national, sont éligibles à l’attribution des sièges », dispose l’alinéa 1 de l’article 184 de la loi 2019-43 portant code électoral en République du Bénin. C’est un secret de polichinelle que cette disposition constitue un véritable casse-tête pour les cinq partis en lice pour les communales, surtout pour les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), ébranlées depuis quelques mois par une crise avec, à la clé, la démission du Président d’honneur, Boni Yayi, de plusieurs membres du bureau exécutif national, des structures décentralisées du parti sans oublier les candidats fidèles à leur leader charismatique.

Invitée sur “Dimanche politique” de la chaîne, privée Eden TV, Christine Gbédji, membre du parti Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), aile Paul Hounkpè, pense que les 10% au plan national pour l’attribution des sièges constituent une faille de la loi. Selon elle, ces 10% ne devraient pas l’être pour les Communales. « Logiquement, la loi a failli dans ce domaine parce que les 10% doivent être pour les législatives et la présidentielle et non pour les Communales », a-t-elle insisté. Cependant, elle persiste et signe que son parti, devenu presque une coquille vide, vu la vague de démissions, aura les 10% au soir des Communales du 17 mai 2020.

De toutes les façons, la tâche ne sera pas aisée pour les nouveaux responsables du parti, appelés à relever ce défi sans l’utilisation de l’image, du nom et de la caution sous quelques formes que ce soit de leur désormais ex-président d’honneur, Boni Yayi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus