Bénin – S*xtape à l’école: une dizaine de personnes présentées au procureur

Ce lundi 06 avril 2020, une dizaine de personnes ont été présentées au procureur. Elles sont impliquées dans la réalisation et la diffusion de s*xtapes sur les réseaux sociaux, il y a quelques jours.

A lire aussi:

Comme annoncé, l’affaire « s*xtape dans des écoles à Cotonou » est bel et bien devant la justice. Selon Frissons radio, les 3 élèves gardés depuis l’éclatement de l’affaire, 6 autres élèves et 4 membres de l’administration scolaires, ont été présentés au procureur ce lundi.

A l’issue de l’interrogatoire, les 3 premiers élèves épinglés sont gardés, les 6 autres et les 4 membres de l’administration sont retournés chez eux, en attendant la suite de l’enquête. Il y a au moins trois établissements, dont les élèves se sont ouvertement illustrés dans ces vidéos où les acteurs faisaient l’apologie de l’usage de la drogue et de la dépravation des mœurs.

Réactions des écoles concernées

Très tôt, les responsables des écoles indexées ont pris des mesures pour décourager les apprenants, acteurs dans ces vidéos. Même si les punitions infligées à ces derniers restent discutables, il y a eu quand même des sanctions, allant de suspension temporaire à l’exclusion définitive.

Les trois ministres en charge de l’éducation se sont aussi intéressés à l’affaire. Ils ont tenu, à ce effet, une rencontre de vérité avec les promoteurs desdits écoles.

3 commentaires
  1. Fabrimel dit

    Ces établissements ,doù proviennent ces dangers publics devront subir une sanction correspondante ainsi que les parents de ces calamités qui ont tous faillir à leurs responsabilités respectives. Ils jouent à quoi ??? Médécin après mort. Les élèves de la plus part des établissements privés sont des pouritures. La justice doit frapper dure et sans état d’âme. Que les parents éduquent leurs enfants .

  2. HODE Joseph dit

    Merci au procureur de la République pour ces mesures disciplinaires. Cela servira de leçons aux autres élèves. Je pense que la responsabilité des parents n’est pas forcément la cause. Le système éducatif dans son ensemble souffre des nouvelles technologies. Aujourd’hui, lorsque vous avez Android, vous avez la possibilité d’aller où il ne faut pas. Les adolescents et mineurs développent avis des idées, des interdits vu leur âge, sur le dos de leur parent. Donc c’est vraiment un grand souci pour le monde éducatif

  3. HODE Joseph dit

    Je suggère aux ministres concernés en relation avec celui de la fonction publique de revoir les horaires de travail pour les parents. De 8h à 17h avec pose d’une heure. Ainsi, les parents pourront arriver à temps à la maison pour suivre et éduquer un temps soit peu leurs enfants. Car le parent qui rentre tous les jours à 22 ou 23h ne peut suivre ses enfants. Du coup les enfants sont livrés à eux même et plus que ceux du dehors

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus