Bénin: la saisie des biens immobiliers de Komi Koutché ordonnée par la Criet

L’ex-argentier national et ex-directeur général du Fonds national de la microfinance (Fnm), Komi Koutché, est fixé sur son sort dans le dossier qui l’oppose à l’Etat béninois. Ce samedi 4 avril 2020 au petit matin, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) l’a condamné à 20 ans de réclusion criminelle avec 500 millions FCFA d’amende.

A lire aussi:

Il devra également payer solidairement avec ses co-accusés une somme de près de 21 milliards en termes de dommages et intérêts à l’Etat béninois. Outre ces peines, la cour ordonne la confiscation, au profit de l’Etat béninois, de tous les avoirs en banque de Komi Koutché, ouverts dans les livres de Boa-Bénin et Bsic, contenant un montant total d’environ 15 millions F Cfa et le dépôt à terme d’une somme de 90 millions en compte à la Bibe Finance and security.

La Criet ne s’est pas contentée des avoirs en banque. Elle ordonne également la saisie des biens immobiliers de l’ancien directeur général du Fnm, au nombre de 13, sis à Cotonou, Abomey-Calavi et Bantè. Les produits issus de la réalisation par voie régulière de ses biens immeubles seront versés au Trésor public, indique Cyriaque Dossa. Un mandat d’arrêt est également décerné contre l’ex-ministre de l’économie, des finances et des programmes de dénationalisation de Boni Yayi.

Il faut dire que Komi Koutché a fait déposer, lors du procès à la cour par le biais de son avocat, Me Théodore Zinflou, une correspondance pour s’excuser de son absence à la barre. Mais la lettre a été jugée illégitime par la cour présidée par Cyriaque Dossa, président de la Criet. Rappelons qu’il est poursuivi pour les faits de détournement de deniers publics et d’abus de fonctions. Elle a en revanche acquitté purement et simplement Komi Koutché des chefs d’inculpation d’enrichissement illicite, de blanchiment de capitaux et de corruption dans les passations des marchés publics mis à sa charge.

Composition de la cour

Président : Cyriaque Dossa, président de la Criet

Assesseurs : Moussa Adamou et Guillaume Dossa Laly

Ministère public : Gilbert Ulrich Togbonon, procureur spécial près la Criet

Greffier : Me Léonce Oussou Adjado, greffier en chef près la Criet

3 commentaires
  1. DODJIVI dit

    Des escrocs, des malfrats, une collusion de guignols avec à sa tête Yayi Boni et son gendre Komi Koutché se dont emparés de notre pays pour leurs profits personnels. Non contents de cela, ils ont parsemé le Benin d’éléphants blancs au désespoir des populations. Ils vont payer leurs fautes devant les juridictions mais également devant Dieu.

  2. TOUTOUOLA dit

    Les gens lorgne sur la fortune du président de la république, une fortune acquise par son travail d’homme d’affaires. il n’a jamais occupé un poste au gouvernement , ni dans l’administration.On peut honnêtement reconnaître sa fortune dans ce cas. En revanche, ces imposteurs à qui on a confié les deniers publiques sans contrôle et qui sont à la tête de ces fortunes énumérées en ayant été uniquement dans l’administration et au gouvernement. Le trésor public le peuple béninois)doit reprendre ce qui lui revient de droit. C’est justifié
    On ne devient pas riche à travailler honnêtement pour son peuple. Je ne suis pas sûre que feu M.Kérékou ait été aussi riche malgré qu’il a battu le record au pouvoir. Simple comparaison

  3. OGoudele dit

    Vraiment l’Etat béninois ne sait même pas quoi faire à KK . Quelles sont les preuves de sa condamnation si ce n’est pas de désordre . Juste pour l’empêcher d’être candidat . Toutes ceux qui pensent qu’ils sont en position de force et veulent aveuglément empêcher les opposants de rester dans ce pays doivent savoir que » rien ne se perd  ». Ils seront à leur tour condamner par cette même Criet au Bénin ici .Rien n’est éternel sur cette terre ..Seul Dieu est grand

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus