« A grand pouvoir, grande responsabilité », Aboubakar Takou répond à Marie Elise Gbèdo

A travers un audio publié sur les réseaux sociaux, Aboubakar Takou, rédacteur au journal « Le Béninois Libéré », a apporté des explications sur l’affaire portant « faux propos attribués » à l’avocate Marie Elise Gbèdo par rapport à la situation dramatique d’une dame décédée du coronavirus au Bénin.

A lire aussi:

Le Journal « Le Béninois Libéré » par la voix de Aboubakar Takou a reconnu avoir commis une erreur pour avoir prêté à tort à Marie Elise Gbèdo, des propos que cette dernière n’a jamais tenus. Selon les explications du journal, l’audio dont les propos ont été attribués à Marie Elise Gbedo a un terme vocal qui ressemblait à sa voix. Le journal s’est excusé une nouvelle fois mais se dit prêt à assumer ses responsabilités devant les tribunaux suite à la plainte déposée par Marie Elise Gbèdo au niveau des instances faîtières.

« Dans l’article nous l’avions pas vilipendé…Si cet audio était le sien, elle se serait trouvée à l’aise dans ce traitement. Mais comme ce n’est pas son audio, nous allons continuer à lui présenter nos excuses », a déclaré Aboubakar Takou qui précise que le journal est prêt à assumer ses responsabilités devant les juridictions: « Nous avons fait une erreur comme tout homme et nous sommes à l’aise à assumer cette erreur. Si Me Gbèdo estime que c’est devant les tribunaux qu’elle va nous faire corriger l’erreur, on l’assume »

« Elle sait que la réplique que nous avons apporté, même si elle n’efface pas la faute, témoigne de notre bonne foi à faire notre métier avec professionnalise et témoigne de notre respect à l’endroit de sa personne », ajoute Aboubakar Takou.

Assignation pour diffamation

Le journal « Le Béninois Libéré » appelle Marie Elise Gbèdo à ne plus vilipender le média, sans quoi, le journal l’assignerait pour diffamation. Toutefois, le journal se dit prêt à lui présenter autant d’excuses que nécessaire et rappelle qu’il n’avait aucune intention de nuire à Marie Elise Gbèdo dans son article. C’était un incident qui a été rectifié par le journal lui-même bien avant que l’avocate ne réagisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus