Togo: « J’irai m’installer à la Présidence de la République», Agbéyomé veut rejoindre Faure

Après la perturbation de sa manifestation pacifique dans les rues de Lomé, l’opposant Kodjo Agbéyomé ne compte pas baisser les bras. Réclamant les résultats des urnes, le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro n’écarte pas la possibilité de s’installer très prochainement au palais présidentiel de Lomé.

A lire aussi:

Le Togo serait en voie d’avoir deux présidents dans les prochains jours? C’est du moins ce qu’on déduit de l’intervention de Kodjo Agbéyomé, candidat malheureux de la présidentielle du 22 février dernier. Rassurant ses partisans des démarches diplomatiques menées pour permettre à la Céni de revoir sa copie dans le but de révéler, selon lui, les résultats issus des urnes, l’ancien chef de gouvernement sous Gnassingbé père ne désespère point.

« Nous ne dormons pas. Nous entreprenons des démarches diplomatiques, les résultats commencent par tomber et je suis sûr que dans les jours ou semaines à venir, la CENI reprendra sa copie. Parce que dans le monde entier, tout le monde sait que c’est Agbéyomé Kodjo de la dynamique Kpodzro qui a gagné les élections » a-t-il déclaré. Dans cette même dynamique, il indique qu’il s’installera au palais présidentiel au cas où il n’aura pas de satisfaction. « J’irai m’installer à la Présidence de la République. Le peuple nous fait confiance et ne se retrouve pas dans ce qui a été proclamé », insiste-t-il.

Togo-Guinée Bissau: deux pays pour quatre présidents?

Si le cas du togo reste à l’étape actuelle une menace de l’opposition, celui de la Guinée-Bissau fut une expérience. Dans ce petit pays africain d’environ un million et demi d’habitants, deux présidents ( Umaro Embalo et Cassama Cipriano) ont dirigés le pays du vendredi au dimanche matin avant que le dernier investi ne renonce à son poste. Avec l’annonce de Kodjo Agbéyomé, le togo pourrait emboîter les pas aux bissau-guinéens. Ce qui revèle les tares de la classe politique et l’incapacité des Etats africains à organiser des consultations électorales libres, démocratiques et transparentes après un demi siècle d’indépendance.

1 commentaire
  1. Adogoni René dit

    Mon frère codjo si tu aimes les togolaise abstiens toi de faire des conneries.tu as été premier ministre ça suffit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus