gaetane
@France24

Les soldats américains attaqués en Irak

Des tirs de roquettes ont frappé samedi une base abritant des soldats américains et d’autres troupes de la coalition au nord de Bagdad en Irak, ont déclaré des responsables de la sécurité irakienne, quelques jours seulement après une attaque similaire, tuant trois militaires, dont deux américains.

La coalition dirigée par les États-Unis a déclaré qu’au moins 25 roquettes de 107 mm avaient frappé le camp Taji juste avant 11 heures. Certains ont frappé la zone où les forces de la coalition sont basées, tandis que d’autres sont tombés sur des unités de défense aérienne, a indiqué le communiqué militaire irakien. Cinq personnes ont été blessées dans l’attaque, dont trois membres de la coalition et deux soldats irakiens, selon le porte-parole de la coalition dirigée par les États-Unis, Myles Caggins. La nationalité des membres blessés de la coalition n’était pas immédiatement connue.

Un communiqué de l’armée irakienne a déclaré que «l’agression brutale» avait blessé un certain nombre de membres du personnel de la défense aérienne qui restent dans un état critique, mais n’a pas fourni de chiffres. Les forces irakiennes ont découvert plus tard sept plates-formes à partir desquelles les roquettes se trouvaient dans la région d’Abou Azam, au nord de Bagdad. 24 autres missiles ont été découverts en place et prêtes à être lancées. L’attaque était inhabituelle car elle s’est produite pendant la journée. Les agressions précédentes sur des bases militaires abritant des troupes américaines se sont généralement produites la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.