Côte d’Ivoire – présidentielle 2020: la candidature du ministre Albert Mabri se précise

Un mouvement proche du ministre ivoirien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’est prononcé en faveur de la candidature de son leader à la présidentielle de 2020. A travers une déclaration à la presse, le mouvement officialise son soutien au vice-président du RHDP.

Le ministre Albert Mabri Toikeusse sera-t-il candidat à la présidentielle de 2020? Pour le mouvement « Génération Mabri Toikeusse (GMT)« , il n’ y a aucun doute. Les membres du creuset invite le président de l’UDPCI à compter sur son soutien pour la prochaine élection prévue en octobre 2020.

« Génération Mabri Toikeusse (GMT) annonce à l’opinion nationale et internationale, sa décision de soutenir la candidature du Dr Abdallah Toikeusse Mabri à l’élection présidentielle d’octobre 2020 », a déclaré Aimé Koffi Djaha, secrétaire général du mouvement.

A lire aussi: Côte d’Ivoire : déçu par le RHDP, Mabri Toikeusse « attendu » au sein de l’opposition

Poursuivant, il estime qu’après avoir occupé de nombreuses fonctions dans l’appareil de l’Etat, le ministre Mabri est actuellement le profil indiqué pour diriger la Côte d’Ivoire après Ouattara. « Pour nous, comme pour la grande majorité des Ivoiriens, le meilleur choix pour conduire le navire ivoire est sans conteste Dr Abdallah Albert Toikeusse Mabri qui a déjà fait ses preuves sur l’échiquier politique national et international » insiste-t-il.

A lire aussi: Côte d’Ivoire: Guillaume Soro réagit à la démission du ministre Marcel Amon-Tanoh

Si jusqu’à présent le leader politique ne s’est officiellement pas déclaré candidat, ses dernières sorties en disent long. Depuis la désignation du premier ministre Amadou Gon Coulibaly, l’homme ne cesse d’afficher sa frustration. Sur sa page Facebook, Albert Mabri a invité Alassane Ouattara à travailler pour l’union au sein de la coalition gouvernementale.

De sources sûres, le président de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire pourrait démissionner du gouvernement afin de prendre ses responsabilités. Ce qui ferait de lui le deuxième mécontent après l’ex-chef de la diplomatie, Marcel Amon-Tanoh.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X