Coronavirus: l’Afrique demande 60.216 milliards FCFA à la communauté internationale

En vue de faire face à la propagation du coronavirus sur le continent, les ministres africains des finances, sur l’initiative de la commission économique des Nations Unis pour l’Afrique, se sont concertés le 19 mars 2020 par vidéo conférence, sur les mesures communes de lutte contre cette pandémie. 

A lire aussi:

Par cette concertation coprésidée par Tito Mboweni, Ministre des finances de l’Afrique du Sud, et Ken Ofori-Atta, Ministre des finances du Ghana, les ministres africains des finances ont demandé à la communauté internationale un financement de 100 milliards de dollars, soit 60.216 milliards FCFA pour relancer l’économie africaine. Les échanges ont aussi tourné autour des efforts de leurs pays respectifs dans la gestion de cette crise sanitaire mondiale. Selon le rapport final de cette rencontre, relayé par «Financialafrik», il se fait nécessaire, une approche coordonnée dans la conception de mesures afin de mieux optimiser les ressources allouées pour lutter contre le COVID-19.

A Lire aussi Afrique – Coronavirus: Antonio Guterres exprime ses craintes pour le continent

Se fondant sur la vulnérabilité des populations, en particulier celles qui vivent dans des quartiers informels dans les zones urbaines d’Afrique, les ministres ne sont pas restés sans faire des recommandations dans le secteur sanitaire. Il s’agit de travailler avec l’OMS et les institutions continentales comme le CDC de l’Union africaine, pour fournir un financement immédiat pour l’intervention sanitaire. Les ministres ont par ailleurs suggéré l’activation immédiate des ressources du Fonds mondial dans la mesure du possible, pour soutenir les efforts des dirigeants africains dans la lutte contre cette pandémie et dans le soutien de leurs économies, par l’accompagnement du secteur privé, afin de sauvegarder les emplois.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus