Bénin – positionnement de mineurs: vers des communales entre seulement l’UP et le BR ?

En dépit de la crise sanitaire mondiale qui bat son plein, l’organisation à bonne date des prochaines élections communales et municipales se poursuit à la Commission électorale nationale autonome (Cena). Elle procédera, ce jeudi 26 mars 2020, à la clôture du dépôt des observations des partis en lice pour le scrutin du 17 mai.

Au total, huit partis politiques ont réussi à passer la première étape du processus de validation de leurs dossiers de candidature sanctionnée par la délivrance du récépissé provisoire. Il s’agit de l’Union progressiste (Up), du Bloc républicain (Br), des Forces cauris pour un Bénin émergent (FcBe), de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (UdBn), du Parti du renouveau démocratique (Prd), du Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), des Forces cauris pour le développement du Bénin (FcdB) et du Parti pour l’engagement et la relève (Per).

A la faveur d’une rencontre avec les membres de la Commission électorale nationale autonome (Cena) le week-end dernier, les responsables de ces différentes formations politiques ont été invitées à corriger les irrégularités relevées dans leurs dossiers de candidature comptant pour les Communales en vue. Il ressort des observations de l’institution en charge de l’organisation des élections au Bénin notamment des cas de doublons sur la plupart des listes et le positionnement des mineurs sur certaines listes.

Si les partis proches du Chef de l’Etat, Patrice Talon à savoir l’Union progressiste (Up) et le Bloc républicain (Br) se sont déjà mis au pas ce mercredi 25 mars 2020 par le dépôt des dossiers complémentaires à la Cena, l’exercice paraît bien difficile pour les six autres formations politiques. Alors que le dépôt des observations sera clôturé dans quelques heures, sinon à 18h30 selon les propos du Président de la Cena, Emmanuel Tiando, lors de cette rencontre.

Les mineurs « irremplaçables »

En effet, certains partis risquent d’arrêter la course à cette étape du processus en l’occurrence ceux qui auraient positionnés des mineurs. C’est connu de tous que 18 ans est l’âge requis pour être électeur au Bénin. Mieux, le premier tiret de l’article 188 de la loi 2019-43 portant code électoral dispose expressément que dans le cadre de l’élection des membres des Conseils communaux, tout électeur est éligible à condition d’être âgé de 18 ans au moins dans l’année du scrutin. Le plus difficile pour les partis concernés réside en ce que la loi précise également les conditions dans lesquelles ils pourront être amenés à changer de candidat.

« En tout état de cause, aucun changement de candidat n’est autorisé sauf en cas de décès ou d’une même candidature sur plusieurs listes », dispose l’avant dernier alinéa de l’article 41 de la même loi. C’est dire que si les cas de doublons peuvent être corrigés au regard de cette disposition, les mineurs ne peuvent donc être changés par d’autres candidats.

Sauf miracle, les partis concernés par cette légèreté pourraient bien se voir éliminer de la compétition en attendant la suite devant les juridictions compétentes.

1 commentaire
  1. sud dit

    oseront ils un tel crime?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus