Bénin – Décès d’un étudiant par balle: Candide Azannaï jette la pierre au gouvernement

Dans un affrontement entre étudiants et forces de l’ordre ce mardi 24 Mars 2020, un étudiant est passé de vie à trépas sous les balles d’un policier. Une bavure policière que le président du parti RE met sur le compte du gouvernement. 

A lire aussi:

Le président du parti Restaurer l’Espoir ne digère pas le décès de l’étudiant Théophile Adjaho suite à une balle d’un policier lors d’une altercation entre étudiants et forces de l’ordre. Dans une publication sur sa Page Facebook, il rend entièrement responsable le gouvernement pour cette « mort de trop ».

« Un second mort, une des fines fleurs de notre jeunesse abattue sur le campus universitaire par les armes du pouvoir dit de la rupture alors que des étudiants protestaient pour le droit à la vie et à un environnement sain, des droits constitutionnels pourtant ! » déplore-t-il. Pour l’ancien ministre de la défense, cette tragédie ne doit pas rester sans sanction. « Je dénonce, je condamne et je rends personnellement responsable le Président Patrice Talon. J’exige justice et sanction. » martèle-t-il dans sa publication.

A Lire aussi: Bénin – Coronavirus: Candide Azannai ne partage pas la non fermeture des écoles

Pour rappel, dans la journée du mardi 24 mars 2020, les membres de la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb) ont poursuivi leur tournée de sensibilisation dans les amphithéâtres sur le Coronavirus. L’objectif, selon le président du mouvement, est d’amener les étudiants à prendre conscience du danger que constitue le covid-19, en vidant les salles de cours, vu que la règle de distanciation recommandée ne peut pas être respectée dans des amphithéâtres de près de 1000 étudiants.

Pour justifier leurs actions, ils évoquent les mesures préventives prises par le gouvernement, et surtout la note du Recteur, qui interdit les manifestations de plus de 50 personnes sur le campus. Mais malheureusement ce qui est pris pour une séance de sensibilisation a vite dégénéré. Selon les faits relatés par les responsables de la Fneb, la tournée se déroulait normalement quand subitement la police a fait son irruption et a procédé à des arrestations. La mercure a tout de suite monté au niveau des étudiants.

Des jets de pierres contre des tirs de gaz lacrymogènes allaient dans tous les sens. C’est dans cette tension que les étudiants ont retrouvé l’un de leurs camarades à terre dans une marre de sang. Théophile Dieudonné Djaho venait d’être mortellement touché. Précisons par ailleurs que jusqu’à ce jour, vendredi 27 mars 2020, nous avons pas encore eu la version officielle de la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus