Bénin – Coronavirus: cette politique du gouvernement qui ne sera pas efficace

Après les mesures issues du conseil des ministres extraordinaire du mardi 17 mars 2020, le gouvernement béninois vient de faire un nouveau « petit pas » ce lundi 23 mars dans la prise de mesures de prévention contre la propagation du Covid-19. Cette politique de « petit pas » face à une pandémie qui sème la terreur dans des pays développés, risque de nous surprendre tous. 

A lire aussi:

Réuni ce lundi 23 mars 2020, le gouvernement du président Patrice Talon a pris de nouvelles mesures dans sa politique de circonscrire la propagation du coronavirus. « Il est établi pour compter du lundi 30 mars 2020 à 00h, un cordon sanitaire autour des communes les plus exposées à la pandémie que sont Cotonou, Abomey-Calavi, Allada, Ouidah, Sèmè-Podji, Porto-Novo, Akpro-Missérété et Adjarra, en vue de les isoler du reste du pays. », lit-on dans la décision gouvernementale.

Le premier élément qui attire l’attention dans ce communiqué du gouvernement est la date à laquelle cette mesure prend effet, « Il est établi pour compter du 30 Mars…« . La première conséquence de cette mesure, c’est qu’avant cette date, les populations des Communes concernées par ce cordon sanitaire peuvent toujours se rendre dans les zones non concernées avec évidemment le risque de contamination. Cette mesure, si elle veut être sérieuse et vise comme conséquence de circonscrire le mal, doit être « d’effet  immédiat« . Ce qui risque de se passer, c’est que, durant cette période, il y ait toujours une éventualité de contamination dans les communes non concernées par la ceinture sanitaire.

Des citoyens béninois peuvent toujours sortir de la zone sous ceinture sanitaire avant le 30 mars pour s’établir dans des communes non concernées par la mesures afin de ne pas vivre l’éloignement avec leurs familles. En ce moment, le gouvernement fera encore un nouveau « petit pas » en élargissant progressivement la ceinture sanitaire vers de nouvelles zones à risque, si d’aventure le déplacé était un sujet porteur du virus.

Une semaine d’ouverture de l’école pour quel gain ?

Au moment où des voix fusent de partout pour réclamer la fermeture « immédiate » des écoles pour au moins trois semaines, le gouvernement de la rupture opte également à ce niveau pour une politique de « petits pas » même si les congés de Pâques sont anticipés puisque dans les mesures prises ce lundi, le gouvernement renvoie les apprenants en congé à partir du lundi 30 mars 2020. Malheureusement, il faut également avoir le courage d’affirmer que cette mesure devrait être « d’effet immédiat ».

Les 5 jours que le gouvernement tient coûte que coûte à gagner, même si on les perdait ne provoquera pas un effondrement du système éducatif béninois. Par contre, durant ces 5 jours, le monde scolaire peut être contaminé, tant les mesures recommandées dans les établissements ne sont pas partout respectées.

A Lire aussi Bénin – Coronavirus: l’accès à la plage, boîte de nuit, et autres lieux de plaisances suspendu

Avec la fermeture partielle des frontières terrestres, nul ne peut dire avec certitude qui entre et qui sort du pays. Et dans le cas de cette pandémie, ce serait de la légèreté que d’accorder aux béninois la présomption de « bonne foi ». Si l’inquiétude jusque-là était de voir certains de nos élèves devenus des porteurs sains mais véritables agents de transmission du virus, l’inverse est aussi envisagé. Le cas de l’élève de la classe de terminale contaminé est déjà une raison suffisante pour fermer immédiatement les écoles pour quelques jours, le temps de prendre en main la situation.

Quid de l’isolement de quelques Communes potentiellement à risque? 

Cette mesure reste à saluer même si elle souffre de faiblesse. Aujourd’hui, il est de notoriété commune que la République du Bénin est entourée de pays touchés par le Covid-19. La preuve, tous les cas officiellement confirmés à l’interne sont des « cas exportés ». Avec la fermeture partielle des frontières terrestres, option faite par nos gouvernants, avec même la porosité de nos frontières terrestres et le développement à échelle inquiétante de la contrebande, même si le virus ne s’exporte de la zone sous ceinture sanitaire vers les communes supposées saines, il peut s’exporter des pays voisins vers ces Communes car la règle de l’auto-isolement n’est pas suivie systématiquement par tous les citoyens.

Quand on est à la tête d’un Etat comme le Bénin, il faut aller parfois à la radicalisation des mesures. La preuve, jusqu’à ce matin, les gens se sont confinés dans des bus de transport en commun alors qu’une distance de 1 mètre entre individus est recommandée.

Les conséquences potentielles de la politique de « petits pas ».  

Aujourd’hui, dans certains pays comme l’Italie, la situation n’est plus sous contrôle et le corps médical est dépassé par les événements. De l’impuissance à la sélection des patients, l’Italie implore le monde pour venir à son secours. Et pourtant, l’Italie est un pays qui a commencé aussi par un première cas. La mauvaise gestion des premiers cas est à l’origine de la situation qui s’observe aujourd’hui. L’appel incessant lancé au président Patrice Talon pour prendre des mesures plus courageuses n’est pas pour l’enquiquiner ou faire opposition à son régime.

Maintenant encore que la situation est maîtrisable, faisons tout pour la maîtriser, autrement, nous n’en serons plus capables car la surprise risque d’être totale.

Le premier défi à relever, c’est de ne plus importer d’autres cas; cela suppose que nos frontières soient davantage mis sous contrôle. Les cas confirmés pris en charge et les personnes avec qui ils ont été en contact mis en quarantaine. Il faut également appliquer sans état d’âme les sanctions relatives au non respect des mesures recommandées par le gouvernement.

Avec le mode de propagation du Covid-19, la politique de petits pas aura pour effet d’élargir progressivement, de faire grandir la statistique des personnes contaminées au risque de nous conduire à une situation où nous allons totalement perdre le contrôle.

2 commentaires
  1. Gnimassou dit

    Il faut faire en sorte que le président lit cette publication. C’est pour cette raison que je ne suis partir nul part.. L’isolement doit commencer dès aujourd’hui. Pendant ces jours restreint ils peut avoir des cas contaminées. Soyez réaliste au moins. C’est le bilan parfait vous avez fait.

  2. Ogounmonla dit

    Merci à vous!
    Vraiment je ne sais pas ce qui ne va pas ,pourquoi laisser encore 5jours d’école avant de fermer .C’est un grand risque et j’en suis sûre qu’ils ne savent pas encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus