@AP

Tunisie: les députés évitent de justesse la dissolution du parlement

La Tunisie tient enfin son gouvernement à l’issue du vote de confiance à l’Assemblée nationale. Elyes Fakhfakh et son gouvernement entreront en fonction dès ce vendredi.

Après plusieurs mois de bras de fer entre forces politiques représentées au parlement, le premier ministre Elyes Fakhfakh a enfin obtenu la confiance des élus du peuple ce mercredi. En effet, avec 129 voix pour et 77 contre, la nouvelle équipe dirigeante s’installe avec ses priorités définies par le chef de la primature. Il s’agit du redressement de la situation économique, la lutte contre la corruption, la moralisation de la vie politique et la finalisation des institutions démocratiques comme la Cour constitutionnelle, encore inexistante pour le moment.

Ce gouvernement est réparti entre 15 portefeuilles ministériels destinés aux partis politiques et 15 autres réservés à des indépendants et aux deux secrétaires d’État. Les partis politiques, sans surprises, le mouvement Ennahda obtient le nombre le plus important de ministères avec 6 portefeuilles; le courant démocratique obtient 3 ministères, et deux ministères ont été accordés respectivement pour le Bloc de réforme national, Tahya tounes, le Mouvement du peuple. Dans cette atmosphère de tensions politiques, la deuxième force du parlement, le parti de Nabil Karoui, n’est pas représentée au gouvernement et de facto restera une figure de l’opposition. La passation de charge entre le premier ministre sortant et celui entrant est prévue pour ce vendredi 28 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.