Niger : plusieurs morts et blessés lors d’une distribution de vivres et d’argent

Une distribution de vivres et d’argent organisée lundi 17 février dans le sud-est du Niger a tourné au drame. Une bousculade a tué une vingtaine de personnes et fait plusieurs blessés.

Quinze femmes et cinq enfants ont été tués à coups de pied lundi dans une ruée vers la nourriture et l’argent pour les réfugiés dans le sud-est du Niger, a déclaré un gouverneur régional. L’accident s’est produit dans un centre culturel et de jeunesse à Diffa, la ville la plus importante d’une région du même nom qui abrite plus d’un quart de million de réfugiés et de personnes déplacées. « Malheureusement, quinze femmes et cinq enfants sont morts dans ce regrettable drame », a déclaré à la télévision Issa Lemine, le gouverneur régional de Diffa, après avoir rendu visite aux blessés à l’hôpital. Les sauveteurs ont confirmé le nombre de morts et déclaré qu’une dizaine de personnes avaient été blessées.

L’aide était offerte par Babagana Umara Zulum, le gouverneur de l’État nigérian de Borno (nord-est du Nigeria) qui est venu lundi visiter les sites de réfugiés nigériens fuyant les attaques de l’organisation djihadiste Boko Haram et qui sont installés dans plusieurs zones de la région de Diffa depuis 2015. Babagana Umara Zulum avait déjà quitté Diffa avant la bousculade, a déclaré un officiel nigérien. 

On distribuait des vivres et de l’argent, à raison de 5 000 nairas (la monnaie nigériane – soit 15 €) par personne. Il y avait des milliers de personnes, en majorité des réfugiés, qui avaient appris la nouvelle de la distribution et qui ont quitté leurs camps, situés parfois à une centaine de km pour venir à Diffa, a expliqué un habitant. Même de simples habitants de Diffa se sont rués pour espérer recevoir l’aide, a témoigné un autre habitant. L’information sur la distribution s’était répandue dès les premières heures de la journée et des milliers de personnes ont envahi la cour et les environs de la MJC, a affirmé un agent de la municipalité de Diffa qui se trouvait près des lieux du drame. Du riz, de l’huile, des vêtements et de l’argent devaient être distribués aux réfugiés, a-t-il précisé.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X