Mort de Kizito Mihigo au Rwanda: Human Rights Watch exige une enquête indépendante

Le décès du chanteur rwandais de gospel Kizito Mihigo préoccupe les organismes internationaux de défense des droits humains. Dans une déclaration publiée jeudi 20 février sur son site, Human Rights Watch exige une enquête indépendante pour élucider les circonstances de la mort de l’artiste.

A lire aussi:

Le directeur du bureau Afrique centrale de Human Rights Watch demande que justice soit rendue à la mémoire du célèbre chanteur de gospel Kizito Mihigo. « On continue à réclamer au gouvernement rwandais de lancer une enquête indépendante, crédible, avec un soutien international, si c’est possible», s’est-il indigné. Selon HRW, quelle que soit la cause de la mort de Mihigo, il incombait à la police rwandaise de protéger sa vie et d’assurer sa sécurité en détention. Celle-ci n’a fourni aucune information complémentaire, dans sa déclaration du 17 février, pour étayer sa conclusion des circonstances du décès.
Arrêté le jeudi 13 février vers la frontière avec le Burundi, le chanteur a été placé en détention avant d’être retrouvé mort le lundi dans sa cellule. A Kigali, au-delà des mobiles évoqués par les autorités, ce suicide ne convainc personne. Il en a de même pour les organisations de défense des droits humains qui ne cessent de mettre la pression pour que lumière sois faite dans cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus