Maldives: une touriste canadienne en bikini arrêtée et rhabillée de force par des policiers (Vidéo)

Aux Maldives, une touriste canadienne a fait la mauvaise expérience de se promener en bikini. La jeune femme est arrêtée et enveloppée de force dans une serviette par des policiers appliquant la charia, alors qu’ils prennent des libertés en touchant la femme sur tout son corps.

A lire aussi:

La scène, filmée le 6 février dernier, fait depuis le tour des réseaux sociaux. Cecilia Jastrzembska, une Britannique de 26 ans, a été arrêtée aux Maldives, un archipel situé dans l’Océan indien, parce qu’elle portait un bikini. La vidéo montre des policiers aidés de certains habitants en train de forcer la jeune femme à se rhabiller. Les îles des Maldives, régulièrement montrées du doigt pour le non-respect des droits de l’Homme, sont soumises à la charia. «Vous êtes en train de m’agresser sexuellement», crie la jeune femme sur les images abondamment relayées par les internautes.

C’est un certain Tarek Fatah, journaliste-auteur pakistano-canadien se définissant comme « marxiste », qui a partagé la vidéo sur le réseau social. « Une touriste portant un bikini sur une plage aux Maldives est arrêtée et enveloppée de force dans une serviette par des policiers appliquant la charia, alors qu’ils prennent des libertés en touchant la femme sur tout son corps », dénonce-t-il. Selon le militant anti-islam Mehdi Aifa, qui a lui aussi partagé la séquence sur Twitter, il s’agirait d’une touriste canadienne. « Son crime, être en maillot de bain », déplore-t-il.

Selon d’autres internautes, ces images sont à mettre en contexte avec d’autres, capturées avant que la situation ne s’envenime. On y découvre la même jeune femme, visiblement excédée, face à face avec ses interlocuteurs, qu’elle somme de ne pas poser la main sur elle. Volontairement provocante, elle dérobe les lunettes de soleil d’un policier. « Refus d’obtempérer aux instructions de la police locale et atteinte à l’intégrité physique d’un officier de police », constate une internaute, tandis qu’un autre y voit là « une connasse anglaise bourrée » se faire « corriger » par la police. « Les Maldives sont des îles spécialement pour les touristes pour qu’ils puissent s’habiller ainsi, loin de la population locale qui est musulmane », fait valoir un énième, qui reproche aux « blancs » de se croire « chez soi partout dans le monde ».

«L’incident», comme l’a qualifié le chef de la police locale de l’île de Maafushi, a eu un tel retentissement outre-Manche, que le commissaire Mohamed Hameed a lui-même reconnu qu’il avait été «mal géré». «Je tiens à m’excuser pour ce qui s’est passé, non seulement auprès des touristes, mais également auprès du grand public en général. L’un de nos objectifs est de professionnaliser au mieux les services de police et nous y travaillons», a-t-il ajouté.

A suivre en février, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

Privacy & Cookies Policy
X