L’UE va engager des navires de guerre en Libye pour faire respecter l’embargo

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE conviennent d’une nouvelle opération navale pour faire respecter l’embargo sur les armes à l’encontre de la Libye déchirée par la guerre.

Les pays de l’Union européenne ont convenu lundi de mettre fin à l’opération Sophia, la mission navale du bloc en mer Méditerranée, et de lancer un nouvel effort axé davantage sur l’application de l’embargo des Nations Unies sur les armes autour de la Libye, a déclaré le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn. « L’opération Sophia est close. Finie », a déclaré Asselborn à la presse à Bruxelles en marge d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Il a indiqué qu’un « accord politique » avait été conclu pour clore l’opération, lancée en 2015 pour réprimer les passeurs de migrants lorsque son mandat expirera en mars. Il a également déclaré qu’un texte juridique définissant les termes exacts de la nouvelle mission doit encore être débattu par des experts. L’idée est de déplacer la nouvelle opération plus à l’ouest, loin des eaux habituelles utilisées par les migrants quittant la Libye à la recherche d’une vie meilleure en Europe.

Pas d’armes, pas de guerre

Faisant référence à l’opération non encore nommée, Asselborn a déclaré que « l’objectif principal est l’embargo sur les armes ». « S’il n’y a pas d’armes, il n’y a pas de guerre. Il y a des milliers de milliers d’armes en Libye », a-t-il dit. Asselborn a indiqué que la nouvelle opération « comportera trois niveaux: aérien, satellite et maritime ». Si le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, considère que les migrants sont attirés vers la mission dans l’espoir d’être récupérés, « les actifs maritimes seront retirés de la zone concernée ».

La nouvelle mission comprendra des navires ainsi que des capacités aériennes et la possibilité de forces terrestres, a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio. « Nous avons tous convenu de créer une mission pour bloquer l’entrée d’armes en Libye, avec des règles d’engagement », a déclaré di Maio. Il poursuit en soulignant que « si cela crée un ‘facteur d’attraction’, c’est-à-dire que les navires attirent les migrants, la mission sera arrêtée. »

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X