Libye : le premier Ministre reconnait que la crise a besoin de solution politique

Le chef du gouvernement d’accord national libyen (GNA), Fayez al- Sarraj, a déclaré que le problème du pays pourrait trouver une solution à partir de pourparlers, rapportent les médias.

La crise pourrait être résolue politiquement plutôt que militaire, mais tant que le commandant Khalifa Haftar continuera de viser les colonies civiles, les négociations ne pourront pas continuer, a déclaré Sarraj aux journalistes à Tripoli. Selon lui, les récentes attaques du chef de guerre contre des civils constituent des «crimes de guerre». Pendant ce temps, les forces loyales du commandant Khalifa Haftar auraient tué trois civils dans la capitale Tripoli, selon gouvernement de l’entente nationale reconnue par l’ONU (GNA) du pays.

Deux ressortissants libyens et un étranger, ont été enlevés puis tués dans la ville de Msallata, à l’est de Tripoli, le 14 février, a déclaré la page Facebook de l’opération dirigée par le GNA Burkan Al-Ghadab (volcan de rage). . Les trois travailleurs ont été enlevés puis tués dans la ville de Msallata  à l’est de Tripoli, le 14 février, a déclaré la page Facebook de l’opération dirigée par le GNA Burkan Al-Ghadab (volcan de rage). .

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X