Interdiction de la transhumance frontalière: le Bénin accorde un moratoire au Niger

Par arrêté interministériel en date du 26 décembre 2019, le Gouvernement béninois a formellement interdit la transhumance transfrontalière. Cette décision prise suite aux nombreux dégâts que cette activité engendre, connaîtra une période moratoire pour le Niger. Il s’agit d’une doléance accordée au pays voisin, après les discussions entre l’émissaire de Mahamadou Issoufou et le président Patrice Talon le lundi 17 février 2020.

A lire aussi:

Dans la mise en oeuvre de la décision de l’interdiction de la transhumance transfrontalière, le Bénin accorde un moratoire de deux mois au Niger. C’est l’une des résolutions prises à l’issue de la séance de travail tenue ce mardi 18 février au Ministère des Affaires Etrangères avec les Ministres béninois en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ; de l’Intérieur et de la Sécurité Publique ; de la Décentralisation et de la Gouvernance locale et du Cadre de Vie et du Développement Durable. Il s’agit d’un moratoire exceptionnel qui couvre la période du 1er Mars au 30 Avril 2020. Pendant cette période, les bergers nigériens sont autorisés à entrer sur le territoire béninois avec leurs troupeaux.
Le moratoire accordé au Niger après le plaidoyer du Ministre d’État Albadé Abouba, Ministre de l’Agriculture et de l’Élevage du Niger, est basé sur certaines conditions. Ces conditions exigent du Niger :

  • la transmission aux autorités béninoises de la liste officielle des éleveurs candidats à la transhumance ainsi que les effectifs de leurs troupeaux respectifs;
  • la délivrance au profit des transhumants attendus au Bénin des certificats internationaux de transhumance;
  • la sensibilisation des bergers pour la détention des documents d’identité en cours de validité; la conduite des troupeaux par des bouviers âgés de dix-huit ans au moins;
  • l’encadrement des animaux par un nombre suffisant de bergers, (1 berger pour 50 à 100 têtes de bétail);
  • la traversée et le pâturage de jour et l’interdiction aux bergers de détention et d’usage d’armes de guerre et de tout stupéfiant.

Les engagements pris par le Bénin

Lors des discussions, le Bénin a pris des engagements pour faciliter la tache aux bergers nigériens au cours de cette période de moratoire. Le Bénin a en effet promis de :

  •  faire passer gratuitement les troupeaux sur son territoire national;
  • de rendre disponible l’aliment au bétail aux portes d’entrée et sur les axes des transhumants;
  • de mettre en quarantaine et vacciner aux frais du berger transhumant, tout troupeau non détenteur du certificat international de transhumance. 

Par ailleurs, le Bénin se réserve le droit de refouler tout troupeau n’ayant pas emprunté les portes d’entrée définies. Dans le communiqué final ayant sanctionné la séance de travail entre les autorités béninoises et nigériennes, il est mentionné que les Organisations des producteurs seront également impliquées pour une meilleure gestion de la transhumance.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus