"Il n'y a pas de rapport entre démocratie et développement", Joel Aïvo

De plus en plus, beaucoup de personnalités publiques ont tendance à faire croire que le retard connu par le Bénin dans son développement est du fait de la démocratie. Pour le constitutionnel Joël Aïvo, il faut se méfier de cette idée qu’on distille à dessein dans la conscience collective.

Il n’ y a pas un lien de corrélation entre la démocratie et le développement. C’est la conviction de l’ancien doyen de la Faculté de droit et Sciences politiques (FADESP), Joël Aïvo, qui constate que de plus en plus, pour remettre en cause les acquis de la conférence des forces vives de la nation, des gens utilisent comme argument que notre démocratie ne nous a pas permis de nous développer. Pour le président de l’association béninoise du droit constitutionnel, il faut se méfier de ces genres d’idées qui sont entrain d’être distillées dans la conscience collective par des gens qui ont un objectif. “Donc se dissémine progressivement dans le pays une forme de défiance de la démocratie“, prévient-il.
A Lire aussi Bénin – Commémoration des 30 ans de la CFVN: les regrets et espérances de Joel Aïvo
Selon lui, la démocratie n’a pas de rapport avec le développement. “Ne montons pas la jeunesse contre la démocratie parce que quelqu’un a envie de faire autre chose“, insiste-t-il. Le constitutionnaliste est convaincu que ce qui est utile pour le Bénin est la démocratie pour le bien qu’il nous apporte. Pour lui, on peut être pauvre en démocratie, on peut être riche en dictature et vice versa. Pour lui, le problème n’est donc pas la démocratie. Il en veut pour exemple les 17 ans de dictature que le Bénin a connu. Une option faite soit disant pour aller au développement. Au finish, constate -t-il, nous n’avons eu ni le développement ni la liberté.

3 commentaires
  1. Noel Adannou Zonon dit

    Monsieur le Professeur le président Talon n’a jamais dit qu’il fait autre chose que la démocratie mais lui il veut en plus le développement. Le développement a ses exigences qui ne s’accommode pas avec ce que nous faisons depuis 26 ans et qui ont nom : Paresse, non respect des textes et lois votés, détournement des deniers publics, plus de 200 partis créés pour partager le reste du gâteau national. Ne reste du gâteau ne suffirait plus pour satisfaire les revendications des travailleurs, ceux-ci rentrent dans une spirale de grèves sans fin plus d’école plus de santé. On a l’impression que nous sommes libres de tout faire : voler comme on peut hypothéquer l’avenir de la jeunesse mais il ne faut rien faire notre “Démocratie est en marche.” Le président Talon a démontré qu’il est possible de faire la démocratie et se développer aussi c’est tout ce qu’il fait monsieur le professeur.

  2. TOUTOUOLA dit

    M. AIVO cherche une place dans l’opinion. Il veut être président en 2021. Il devrait plutôt œuvrer avec les gouvernants pour apporter sa pierre et non contre eux. Personne ne l’a jamais écouté autant qu’aujourd’hui….Il n’est pas très malin. C’est le moment pour lui donner l’ampleur de sa compétence au service des béninois. cette façon de penser que travailler avec ceux qui sont là, c’est se mettre le peuple à dos est une conception arriérée et réductrice.

  3. george dit

    Cher Joel Aïvo , tu te trompes car il y a un lien etroit entre democratie et developpement.
    il te suffit de chercher et tu verras que la plupart des pays réellement democratiques sont developpés, en revanche l’inverse n’est pas forcement vrai.
    Un etat democratique responsable qui veut que sa population la plus pauvre profite de l’etat providence doit se developper dans tous les secteurs et combattre tous ces propes maux et vices. si cet etat reste pauvre avec une corruption endemique et un immobilsme , sa société sera forcement inegalitaire et ceux d’en bas souffriront

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.