Grossesse en milieu scolaire dans le Borgou: 79 artisans identifiés comme auteurs

Les grossesses en milieu scolaire sont un véritable problème social au Bénin. En dépit de multiples séances de sensibilisation et de conscientisation, le phénomène perdure dans plusieurs établissements du pays notamment dans la partie septentrionale.  Selon une enquête réalisée par la Direction départementale des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle (DDESTFP) du Borgou, soixante dix-neuf (79) artisans seraient auteurs de ces grossesses au cours du premier trimestre 2019-2020.

Les grossesses en milieu scolaire constituent une vive préoccupation dans beaucoup d’établissements scolaires au Bénin en raison du nombre important de cas recensés chaque année. Selon la Direction de la Promotion de la Scolarisation du ministère en charge de l’enseignement secondaire, au cours de l’année 2012-2013 par exemple, il y a eu environ 4 600 cas de grossesses enregistrés en milieu scolaire et universitaire, dont environ 2 000 dans les collèges publics. Ce phénomène est devenu tellement préoccupant avec son lot de conséquences néfastes sur la santé et le devenir de la jeune fille qu’il devrait mobiliser toute la communauté éducative en dehors des organisations non gouvernementales dont les actions peinent à éradiquer le phénomène.

A Lire aussi https://beninwebtv.com/2020/02/benin-30-ans-apres-la-conference-nationale-qui-pour-repondre-a-komi-koutche/

Selon une publication de l’Agence Bénin Presse, au cours d’une enquête réalisée par la Direction départementale des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle (DDESTFP) du Borgou, soixante dix-neuf (79) artisans ont été identifiés comme auteurs de grossesses en milieu scolaire dans ce département, au premier trimestre de l’année scolaire 2019 -2020. Des chiffres qui expriment la persistance du phénomène en dépit des efforts fournis par les organisations de la société civile et la lutte enclenchée par les autorités du ministère de l’enseignement secondaire. Néanmoins, reconnait, le Chef du service des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle (C/SESTFP) du département, Monsieur Inoussa Simé Chabi, ce taux démontre que le phénomène est en nette régression comparativement aux années antérieures. Il fait remarquer également que les auteurs des grossesses se font de plus en plus rares dans le rang des enseignants, surtout à cause des sanctions disciplinaires qui sévissent.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X