gaetane
@Google

Des dizaines de soldats turcs tués par les forces syriennes

Au moins 33 militaires turcs ont été tués par les forces syriennes dans des frappes aériennes au nord de la Syrie, a indiqué un responsable turc cité par The Week.

Outre les soldats turcs morts dans les frappes aériennes du régime de Damas, plusieurs autres ont été blessés dans l’escalade du conflit entre les forces syriennes soutenues par la Russie et la Turquie. On pense que les morts et les blessés sont le résultat d’une frappe de précision sur un bâtiment de deux étages dans le village de Balioun. Selon un rapport de The Week, la Turquie a exercé des représailles contre les objectifs des troupes du gouvernement syrien. “Toutes les cibles connues du régime sont venues et continueront de subir des tirs aériens et terrestres”, a déclaré le directeur des communications du pays, Fahrettin Altu.
«Nous exhortons la communauté internationale à assumer ses responsabilités» pour mettre fin aux «crimes contre l’humanité» du régime, a-t-il déclaré. «Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et regarder les événements passés au Rwanda et en Bosnie-Herzégovine se répéter aujourd’hui à Idlib.» Les forces syriennes, soutenues par Moscou, tentent de reprendre Idlib aux rebelles soutenus par des soldats turcs. Il y a désaccord par rapport aux responsables de l’attaque. Des responsables turcs ont blâmé le régime syrien, mais des sources à Idlib et des images non vérifiées de la frappe ont suggéré qu’elle avait été menée par l’armée de l’air russe. Moscou a nié toute implication directe. Les Nations Unies ont appelé à une action urgente dans le nord-ouest de la Syrie, avertissant que «le risque d’une escalade accrue augmente d’heure en heure».

L’accord

La Turquie et la Russie ont conclu un accord de désescalade pour Idlib en 2017, mais l’accord a été violé à plusieurs reprises. Des centaines de milliers de personnes ont fui le dernier territoire détenu par l’opposition en Syrie au cours des deux derniers mois à la suite d’une campagne aérienne et d’une offensive terrestre du régime syrien et de ses partisans russes.
Pendant ce temps, la Turquie déclare qu’elle n’empêchera plus les réfugiés syriens d’atteindre l’Europe. “Nous avons décidé, effectivement immédiatement, de ne pas empêcher les réfugiés syriens d’atteindre l’Europe par voie terrestre ou maritime”, a déclaré à Reuters un responsable anonyme.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.