Bénin: une élue locale déposée en prison pour enlèvement de mineure à Parakou

Une élue locale de la ville de Parakou est déposée en prison suite à sa présentation au Procureur ce lundi 17 février 2020. Elle est impliquée dans une affaire d’enlèvement de mineure. Son procès est prévu pour le 27 février 2020.

Accusée d’enlèvement d’une fille de 13 ans, une conseillère locale de la ville de Parakou est mise sous mandat de dépôt par le Procureur. Selon les faits rapportés par le quotidien Matin Libre, la mise en cause aurait enlevé la fille, domestique et vendeuse de sucette chez une autre dame. La conseillère était une cliente fidèle de la fille enlevée, elle aurait donc profité de cette proximité pour orchestrer son plan.

En effet, le vendredi 7 février 2020, la fillette de 13 ans, accompagnée d’une de ses camarades vendeuse de sucette, s’est rendue chez la conseillère. Cette dernière a envoyé la seconde fille faire la monnaie quand elle en a profité pour ramener la cible dans sa douche  qu’elle a entre temps menacé avec un couteau. L’objectif de la conseillère était de satisfaire la demande d’une de ses connaissances qui avait manifesté auprès d’elle le désir de prendre une domestique. Après donc avoir terrorisé la fille, elle a attendu la soirée pour la conduire chez son amie.

Elle voulait gagner 15 mille fcfa par mois sur la prestation de la fillette

Une fois chez son amie, la conseillère a d’abord fait croire que la fillette est ramenée du Togo par ses beaux-parents, donc il fallait assurer le transport retour avec une somme de 30 mille fcfa. Cette dernière n’étant pas présente a demandé à sa sœur de lui remettre 5 mille fcfa, avant de faire un complément de 10 mille fcfa à son retour. La conseillère a également fait savoir que chaque fin du mois, elle percevra une somme de 15 mille fcfa pour la prestation de la fillette enlevée.

Selon Charles Kindédohoun, Commissaire du 2è arrondissement de Parakou, la police a été informée de la situation lorsqu’une dame s’est portée vers le commissariat pour signaler la disparition de sa domestique. Les investigations ont permis d’écouter la camarade de la fille enlevée que la conseillère avait envoyée pour faire la monnaie. Elle a fait savoir que c’est au domicile de la conseillère qu’elle se sont rencontrées pour la dernière fois.

Les aveux de la mise en cause

Après les déclarations de la seconde fille, les éléments de la police républicaine se sont rendus au domicile de la conseillère. Une fois sur les lieux, la police a retrouvé le foulard que portait la fillette enlevée au moment des faits. Après son interpellation, la conseillère est passée aux aveux, ce qui a permis à la police de retrouver la fillette chez la dame chez qui elle a été placée.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X