Bénin: Sébastien Ajavon sort de son mutisme à l’occasion des 30 ans de la Conférence de 1990

Ce 19 février 2020, cela fait 30 ans que le Bénin a ouvert la Conférence des forces vives de la nation, qui a bouleversé la vie politique du pays. C’est à l’issue de ce grand conclave que des normes démocratiques ont été véritablement établies. Mais 30 ans après, Sébastien Ajavon dénonce un recul des acquis démocratiques issus de la Conférence des forces vives de la nation. En exil depuis plus d’un an, c’est à travers sa page Facebook qu’il s’est exprimé ce mercredi 19 février.

A lire aussi:

30 après la Conférence des forces vives de la nation, le président d’honneur de l’Union Sociale Libérale (USL) dénonce des assauts permanents sur les avancées démocratiques qui ont été les points de consensus entre les participants à la Conférence. Pour Sébastien Ajavon, ces acquis qui ont sauvé le Bénin de la dictature, de l’oppression et de l’injustice sont aujourd’hui menacés.

« Aujourd’hui 19 février 2020, trente ans après, nous mesurons avec amertume combien ce magnifique héritage fait d’acquis démocratiques et sociaux, de progrès politiques et économiques, est menacé de toutes parts depuis quelques années. Les libertés individuelles sont en constant recul et l’exclusion politique est devenue un mode de gouvernance », Sébastien Ajavon.

Sébastien Ajavon pense qu’il est temps d’œuvrer pour la restauration de ces acquis démocratiques qui faisaient la fierté du Bénin aux yeux des autres pays. « L’Histoire nous interpelle sur nos responsabilités individuelles et collectives. La responsabilité de restaurer l’état de droit dont nos aînés ont rêvé puis bâti, pèse désormais sur nos épaules. Plus qu’un état de lois, nous avons un état de droit à rétablir. Plus qu’un peuple, une nation à bâtir. Dans la Fraternité, la Justice et le Travail », a-t-il conclu.

 

vous pourriez aussi aimer
2 commentaires
  1. COOVY dit

    Nous n’avons pas de quoi être fiers de ces aînés qui ont transformé le pays en democratisme, en instaurant des principes qui éloignent des vraies préoccupations du pays. Nous ne sommes pas allés bien loin avec des clubs électoraux dont les propriétaires distraient continuellement les dirigeants par leurs chantages politiques, les éloignant ainsi des tâches de développement.
    La démocratie n’a jamais été en danger au Bénin où tout le monde peut s’exprimer librement et agir librement, conformément aux règles que le pays s’est donné.
    Seuls ceux qui ont des problèmes avec la justice prétendent qu’ils sont politiquement harcelés, sans jamais prouver de façon évidente qu’ils n’ont rien à se reprocher. Et cela, les Béninois, surtout de l’intérieur qui vivent au quotidien les réalités du pays, commencent à le comprendre.
    Les vendeurs d’illusions feront désormais de moins en moins fortune au Bénin, en prétendant que ce sont eux qui défendent les principes démocratiques.

    1. george dit

      je valide ton analyse et tu remarqueras que ceux qui clame une perte de democratie ne font jamais le bilan du niveau d’avancement de ce pays sur developpement dans tous les secteur, de la gestion de l’état de tous ceux qui ont presidents. des organes de controles mise en place.
      pour eux la democratie se limite à demander au peuple d’aller aux elections pour contrer celui qui est en place
      et une fois au pouvoir on ne s’inquiete pas d’ameliorer le cadre et condition de vie du peuple,
      mais pourvu que les politiciens et elites s’enrichissent telle est leur souhait de cette democratie nescafé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus