Bénin: réunion de crise entre Toko et dignitaires sur le dérapage verbal de Yaya Aboubacar

Le Maire de la Commune de Parakou a tenu ce jeudi 20 février 2020, une rencontre de crise entre élus communaux, chefs de quartier et têtes couronnées de la cité des Kobourou. Cette rencontre de crise fait suite aux propos tenus par l’ancien ministre Aboubacar Yaya face aux fcbe de Parakou. Des propos qualifiés par le maire de la ville d’incitation à la haine ethnique. 

Dans un échange public entre des militants fcbe de Parakou, le professeur de droit et ancien ministre de la fonction publique sous le président Boni Yayi aurait tenu des propos jugés par le maire Charles Toko « d’incitation à la haine ethnique ». Il aurait dit selon témoins et en dendi, une langue du milieu qu’il ne faut plus laisser la gestion de la ville entre les mains des non autochtones. Informé de ces propos peu rassembleurs, le Maire de Parakou a convoqué les élus communaux, les chefs quartiers et et les têtes couronnées à une rencontre de crise. La séance qui s’est tenue dans la salle de conférence de l’hôtel de ville de Parakou a permis à la première autorité de la Commune de condamner les propos ethnocentriques et discriminatoires tenus par l’ancien ministre contre certaines communautés et fonctionnaires municipaux de la Mairie Parakou.

A Lire aussi Rachidi Gbadamassi: « Nous avons réussi déjà le combat de la démocratie »

Après avoir fait écouter l’audio des propos incriminés à son auditoire, une audio qui du reste circule depuis mercredi sur les réseaux sociaux, l’autorité communale a fustigé de pareils propos sortis de la bouche d’un cadre qui de surcroît est un ancien ministre de la République. Pour lui, les filles et fils de Parakou vivent dans une parfaite harmonie avec les autres communautés. La parole fut ensuite laissée aux hôtes qui ont également fustigé les dérapages verbaux du ministre Aboubacar Yaya.  Les autorités morales présentes à la séance ont pris l’engagement de régler cette situation dans les plus brefs délais pour que cette période pré-électorales se passe dans la paix à Parakou.

vous pourriez aussi aimer
7 commentaires
  1. la rupture dit

    Il est à l’image de son mentor. Lorsque ce dernier avait tenu des propos du genre, qui avait osé lever le petit doigt pour le condamner? Donc ça ne peut surprendre que ceux que ça peut surprendre. Je me demande même pourquoi la justice continue de laisser celui-là circuler librement malgré les charges avérées qui pèsent contre lui dans le dossier des concours frauduleux.

  2. COOVY dit

    La rupture, je valide ton opinion.

  3. Abilé dit

    De quoi Charles toko à peur ?il peut pleurer la ville reviendra aux mains des enfants de parakou qui connaissent mieux les problèmes de leur ville.en effet qu’il me démontre ce que le ministre a dit de mauvais là ?au contraire c’est sont soit disant rencontre avec les notables de la ville qui selon moi va sursuité des inquiétudes, sinon il n’y a rien d’appel aux désordres, et aux troubles qu’un enfant d’une région veux que sa région soit dirigé pas ses propres enfants.nous avons vu le général kérékou nommé des préfets natifs de leur région à la tête de ces préfectures et ça a bien marché.puisqu’ils connaissent mieux leurs frères et les régions dont ils sont originaires.que Charles toko soit patient,il sera encore bombardé à une autre mairie,s’il perdait parakou.

    1. Paix dit

      Vous êtes vraiment malade,un somba ou nago née ou qui a fait tout ça vie à parakou connais aussi parakou comme tous, alors arrêtez le régionalisme et condamnez ce genre de propos au lieux de soutenir ce qui n’est pas soutenable

  4. sultan aziz dit

    Ce yaya…est simplement un demi lettré…avec un doctorat douteux en droit

    Qui est autochtone à parakou et qui ne l’est pas

    Manifestement il est ignorant de l’histoire de parakou…

    Peut il lui eme dire qu’il est de parakou…?…

    pkara klou…de toutes les regions..

    La richesse de parakou fut son cosmopolisme depuis toujours…

    politiquement il prive les fcbe…d’une partie de la population..et il doit etre éjecté

    Un point c’est tout

  5. Blaise C AGBALLA dit

    Hahaha! C’est de bonne guerre hein, sinon, des excuses suffisent. C’est heureux que les sages aient déjà pris l’engagement de régler cette situation afin de préserver la paix devenue vraiment très chère dans notre pays depuis un bon moment

  6. Nick dit

    Je valide vos propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X