Bénin: Paul Hounkpè déplore une parodie de réconciliation au sein des FCBE

Le parti Forces Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) est de nouveau en crise. Cette crise est toujours liée à la question du récépissé d’enregistrement suite à des modifications apportées aux textes du parti par Paul Hounkpè et son camp. La réconciliation initiée par le président d’honneur Boni Yayi n’a visiblement pas résolu le problème. Dans un communiqué publié samedi, Paul Hounkpè estime que cette réconciliation serait une mise en scène.

Le torchon brûle à nouveau entre Paul Hounkpè, nouveau Secrétaire exécutif national (Sen) des FCBE et les responsables du parti. La pomme de discorde est le non dépôt auprès du président d’honneur des copies authentiques des nouveaux textes ayant permis à Paul Hounkpè, Théophile Yarou et consorts d’obtenir le récépissé d’enregistrement. Mais pour Paul Hounkpè, une copie des documents est déjà en la possession des autres membres et du président d’honneur. Il dit avoir déjà montré sa bonne foi pour le retour de la paix au sein du parti.

Attaqué dans un communiqué par 41 membres du Bureau Politique, Paul Hounkpè a contre-attaqué par un autre communiqué dans lequel il met en cause le processus de réconciliation initié par Boni Yayi, président d’honneur du parti FCBE. Selon Paul Hounkpè, la réconciliation initiée par Boni Yayi est une parodie dont l’objectif serait d’éjecter certaines personnes du parti. « Le parti déplore la parodie de réconciliation initiée par le président président d’honneur visant à éjecter du parti, ceux qui se sont battus pour sa survie », peut-on lire dans son communiqué.

 

vous pourriez aussi aimer
2 commentaires
  1. Abilé dit

    Que Paul hounkpè et ses acolytes ailles au diable je dis je le répète Paul et ses acolytes ne sont plus avec la fcbe, Ils boivent déjà à la rivière ,sinon pourquoi Ils tirent si tant sur un récipicé qui est retiré des dossiers des partis pas les maîtres du pays.ils veulent seulement positionner des vendus comme eux pour aller au Communale avec la force de frappe du parti, et démissionner après l’élection juste pour un oui ou un non et aller vers les maîtres du pays pour quelques billets de BK. se sont des politiciens de ventre.

  2. la rupture dit

    A malin, malin et demi. Yayi Boni s’est pris à son propre piège. Sous le prétexte d’une maladie imaginaire, il se la coulait douce à l’extérieur au moment ou les autres s’échinaient sur le terrain pour avoir le fameux récépissé. Aussitôt le papier obtenu, il se précipite pour rentrer croyant que les autres sont si bêtes pour obtempérer à ses injonctions. Ils ne sont pas nés de la dernière pluie. La seule solution qui lui reste, c’est de créer son propre parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X