Bénin – Média: Anicet Semassa parle de la presse spécialisée sur des questions d’agriculture

Ce vendredi 21 février 2020, « Café Média Plus » s’est intéressé à la spécialisation de la presse sur des questions liées à l’agriculture. Anicet Semassa et d’autres acteurs du domaine étaient invités pour faire l’état des lieux et évoquer les perspectives.

Dans l’univers médiatique béninois, la spécialisation sur les questions d’agriculture n’est pas très visible. Les organes qui s’y consacrent exclusivement sont peu nombreux. Selon Anicet Semassa, promoteur de Zoom Agro, « l’agriculture est le parent pauvre des médias ». Il estime que la plupart des organes de presse s’intéressent beaucoup plus aux autres secteurs, notamment la politique

« Nous, agronomes, quand on lit les journaux, et on voit la manière dont les questions qui nous concernent sont traitées, ça nous donne des grincements de dents. On se dit, si ces gens-là étaient peut-être du milieu, il allait y donner une plus value que ça », Anicet Semassa.

C’est partant de ce constat, que l’idée de promouvoir une presse spécialisée sur les questions d’agriculture a germé. Pour le promoteur de Zoom Agro, il fallait combler ce vide pour permettre au public, notamment les acteurs agricoles d’avoir un accès facile aux informations liées aux questions d’agriculture au Bénin et dans le monde. Mais très tôt, ils sont confrontés à des difficultés qui ne les découragent pas pour autant.

Des difficultés dans l’animation des organes spécialisés en agriculture

Les organes de presse spécialisés en agriculture rencontre des difficultés pour s’imposer dans l’univers médiatique. Déjà ils sont très peu connus; mais dans la production de l’information, il y a des obstacles qu’ils surmontent au quotidien pour avoir accès à des statistiques officielles pouvant leur permettre d’appuyer l’information, et pour couronner le tout, ils ont un sérieux problème de rentabilité. « Ce n’est pas rentable, il n’y a pas encore l’argent chez nous », a déclaré Anicet Semassa.

Selon ses dires, c’est la passion de démocratiser l’information sur l’agriculture et la rendre accessible, qui justifie aujourd’hui leur dévouement au travail. Mais il est conscient qu’il faut rendre le système rentable parce qu’il y a des décharges qu’il faut supporter. Dans ce sens, il y a déjà des réflexions en cours pour définir des stratégies pouvant permettre de fructifier la production et la diffusion de l’information en agriculture. Aujourd’hui au Bénin, on note trois organes très actifs sur les questions liées à l’agriculture. Il s’agit de « Le Rural », Agratime et Zoom agro qui se sont constitués en association « Glé Xò » afin que leurs voix puissent mieux porter. L’association reste ouverte à de nouvelles adhésions pour une meilleure organisation de la presse spécialisée en agriculture.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X