Bénin: les circonstances inhumaines de la mort d'un militaire émeuvent la toile

Au Bénin, les réseaux sociaux sont agités depuis la matinée de ce mardi 25 février 2020. Pour cause, la nouvelle de la mort d’un jeune militaire fait le tour des forums et suscite des commentaires. Le récit de sa mort fait froid dans le dos et ne laisse personne indifférente.

Hafez Boni Biao, militaire de deuxième classe est passé de vie à trépas le 25 septembre 2019, suite à des balles reçues lors d’une patrouille à Savè. Selon le récit des faits publiés ce mardi 25 février 2020 par le quotidien Matin Libre, l’événement de Savè était une seconde étape de la mort du jeune soldat, car il avait déjà vécu pire. Sur la toile, plusieurs internautes ont montré leur colère et tristesse face à la mort de Hafez Boni Biao. Une mort qui au vu des faits suscitent des interrogations sans réponses. Hafez Boni Biao était célibataire sans enfants.

Retour sur les faits

La vie du jeune soldat Hafez BONI BIAO arrachée à ses parents à l’âge de 25 ans a été tout un calvaire. Orphelin de mère, alors qu’il n’avait que six mois, il a été élevé par sa grand’mère puis 10 ans plus tard par sa seconde mère et son père. Il était enfant unique de son père et de sa nouvelle mère. Il est célibataire sans enfant. Sa vie a basculé une paisible journée du 12 juin 2018. Alors qu’il revenait du champ de tir de l’école nationale des officiers de Toffo, il est interpelé par le lieutenant Gilbert Agnanon qui lui déclare qu’il a perdu deux téléphones portables et qu’il est à la recherche du coupable. Et le jeune soldat de lui répondre qu’il s’est trompé de personne puisque n’ayant pas le don d’ubiquité, il ne peut être à la fois au champ de tir et en même temps au camp pour subtiliser  des portables. Plusieurs collègues ont d’ailleurs confirmé que le soldat BONI BIAO n’était pas au camp lors de ce forfait. Malgré plusieurs menaces, il est resté campé sur sa position.
Croyant avoir suffisamment convaincu son supérieur hiérarchique, le vendredi 16 juin ce soldat est venu en famille à Cotonou passer la fête du Ramadan. Dans la même nuit, le Lieutenant Agnanon, accompagné des caporaux David Fanou et Orou Mouhamadou, se  sont rendus au domicile du soldat Hafez BONI BIAO à Toffo, défoncent la porte, fouillent partout, jettent toutes ses affaires, et ressortent bredouille. Alors, ils jettent leur dévolu sur la petite amie du soldat. Débarque chez elle, toujours dans la même nuit, menacent toute la famille. Là encore, ils font chou blanc. Le lendemain, de retour chez  lui, le soldat Hafez constate les dégâts et est informé  par ses voisins des auteurs. Lorsqu’il arrive au camp, il est saisi par le Caporal Orou Mouhamadou qui lui apprend qu’ils sont allés consulter un charlatan qui a déclaré que l’auteur du vol est un ressortissant du Nord du Bénin.
Pourtant ce jeune homme n’était pas le seul ressortissant de cette région au camp militaire de Toffo. Sans même demander son avis, le soldat Hafez est conduit manu militari chez ledit charlatan. Celui-ci confirme son « verdict ». Alors, les coups de bâtons et de sabots se mirent à pleuvoir. Les trois supérieurs hiérarchiques,  cités plus haut, ont pris le plaisir de s’acharner sur lui avec des coups de bâton.  Ramené à l’école nationale des officiers de Toffo, il est jeté dans une citerne remplie d’eau.
Pendant plusieurs heures, il sera torturé. Sa tête est plongée  dans l’eau pendant de longues minutes et ne ressort que quand le soldat est au bord de l’asphyxie. Sans compter les coups de ceinturons et de chicottes qu’il recevait au passage. C’est alors que le Lieutenant Gilbert Agnanon lui assène un coup de barre au visage. Le coup atterrit à l’œil droit du soldat. Il s’effondre. Et au lieu de le conduire à l’infirmerie, il est jeté dans une cellule de l’école nationale des officiers. Il y passera toute la journée de ce samedi jusqu’au lundi 18 juin sans aucun soin et sans nourriture. Révoltés par ce traitement, les collègues de ce soldat ont voulu déclencher une émeute, mais la hiérarchie militaire l’a  rapidement étouffée.
Ce n’est que le lundi 18 juin que le soldat Hafez est amené  à l’hôpital d’instruction des armées au camp Ghézo de Cotonou grâce à ses collègues. Pris en charge par le Colonel Nestor Egbé, le patient sera envoyé pour des examens au Centre d’exploration de la rétine à Saint Padou de Cotonou.  Après analyse des résultats des examens, le colonel Egbé écrira dans son rapport que : «  le patient âge de 24 ans est victime d’un traumatisme oculaire OD qui présente un trou maculaire constitué posant une indication chirurgicale. Aspect du trou maculaire : stade III mesurant 446um de large avec un œdème des berges. Le patient doit bénéficier d’une chirurgie endoculaire pelage de la limitante interne + tamponnement). Les conditions de cette chirurgie n’étant pas disponible sur place, le patient sera évacué à Paris Hopital Fondations». Il ajoute que si l’opération n’est pas faite, le patient risque «  une cécité totale ». Les mis en cause ont été écoutés par leur hiérarchie et ils ont reconnu les faits. Ils ont écopé de quelques jours d’incarcération, et c’est tout.

Poursuites judiciaires

Excédé  par cette situation, le soldat Hafez porte plainte au tribunal de première instance de première classe d’Allada. Le Procureur de la République Joseph Makponhé fait diligence et les trois soldats ainsi que le charlatan sont arrêtés.  Devant lui, ils  reconnaissent, tous, les faits. Mais le charlatan affirme que c’est le Lieutenant Agnanon qui lui a demandé d’accuser le soldat Hafez et qu’il n’a ni donné l’ordre de le violenter, ni participé à ces actes barbares. En fait, les deux portables n’avaient jamais disparu. Ils avaient été  retrouvés au domicile du Lieutenant Agnanon quelques jours plus tard.
Le Procureur décide de poursuivre les présumés coupables pour agression, violence et voies de faits en fragrant délit avec mis sous mandat de dépôt sauf le charlatan et un autre soldat qui n’a participé ni de près ni de loin à cette agression. Le procès est donc envoyé au 09 août. Au cours du procès,  le juge Armel Azondogbèhou a tout simplement décidé de les libérer provisoirement, en attendant que le soldat revienne des soins pour savoir s’il a une infirmité temporaire ou permanente afin de déterminer le sort des accusés.
Les parents de l’enfant ont donc commencé les procédures pour son évacuation sanitaire. Un seul document manquait à l’appel. Il s’agit du certificat de validité de service administratif. Jusqu’à sa mort, il n’obtiendra pas ce document. Le chef d’Etat-major de l’armée de terre, Fructueux Gbaguidi a été saisi. Une fiche a été transmise au président de la République, Patrice Talon par l’intermédiaire de l’un de ses chargés de Mission. Personne n’a levé le petit doigt pour aider ce soldat. Pendant ce temps son cas s’est aggravé. Il ne voyait plus de l’œil droit et celui de gauche a aussi commencé à être attaqué. C’est dans ces conditions qu’il a été affecté au camp militaire de Dassa-Zoumè puis  envoyé en mission à Savé et Tchaourou.

Deuxième mort

A Savé, lors d’une patrouille  nocturne, le soldat Hafez BONI BIAO et plusieurs de ses collègues tombent dans une embuscade. Ils reçoivent plusieurs balles les blessant grièvement. Le soldat Hafez, lui en reçoit à la jambe droite au niveau de l’aine. Ils sont évacués dans un premier temps au CHD de Goho puis à l’hôpital de l’armée du camp Ghézo. Ils y passeront plusieurs jours avec interdiction formelle d’informer leurs parents. Pour le cas du soldat, les médecins n’ont pas pu extraire la balle car elle était très proche d’une veine. Après quelques jours de soins, il est renvoyé au camp militaire de Dassa-Zoumè.
Plusieurs semaines passeront avant qu’il ne prenne son courage pour avouer à ses parents ce qui lui est arrivé.  Le mercredi 25 septembre 2019 aux environs de 9 heures, les parents de ce soldat sont joints au téléphone par un médecin de l’hôpital de Dassa-Zoumè qui leur apprend que leur fils est gravement malade, qu’il pissait du sang et qu’il est en train de l’évacuer à l’hôpital de l’armée du camp Ghézo. Effectivement aux environs de midi, une ambulance emmène le malade et il est immédiatement conduit aux urgences.

Sur son certificat de décès, il est seulement mentionné « infection généralisée.

Après les premiers examens il est demandé au père de l’enfant d’acheter une poche de sang du groupe sanguin AB+. Pendant plus de 4 heures, le père passera dans tous les hôpitaux de Cotonou à la recherche du fameux liquide. En vain. C’est aux alentours de 18h 45 qu’il finira par trouver ce sang. Mais, c’était déjà trop tard. Son fils a rendu l’âme à 18h 46 minutes. Aucun médecin n’a pu fournir une explication correcte de cette mort. Sur son certificat de décès, il est seulement mentionné « infection généralisée.
Le lendemain, le jeune soldat fut enterré au cimetière musulman en présence de ses parents et amis. Avant son enterrement, une troupe de militaires a accompagné son cercueil couvert du drapeau du Bénin et lui ont rendu les honneurs. Depuis ce jour, plus rien. Aucun officier militaire n’a envoyé, ne serait-ce qu’un coup de fil aux parents pour leur présenter les condoléances. De plus, ses biens ont disparu. Sa moto, ses meubles et autres ont tous disparu de son domicile à Dassa-Zoumè.  Seul son paquetage et ses habits personnels ont été retrouvés. Le lundi dernier lorsque son père s’est rendu à l’Etat-major de l’armée de terre pour se plaindre de cet état de fait, il s’est entendu dire qu’il n’y a aucun dossier concernant le soldat Hafez dans ce service.
Boubacar BONI BIAO
Ancien Directeur de la Rédaction de Le Matinal

5 commentaires
  1. Pipo dit

    Nous reclamons Justice pour ce soldat. Le Benin ne peut pas sombrer dans l’indifference et l’immoralité. President au secours

  2. TOUTOUOLA dit

    QUEL EST LE BUT DE CE RECIT si tant est qu’il soit véridict.

  3. sultan aziz dit

    justement c’est la question que je me suis posée…aussi
    L’article est signé..par un frere de la victime apparemment
    Autrement dit…ce récit doit etre partial et orienté..
    Dans tous les cas…si c’est vrai…les auteurs de cette barbarie doivent payer…

  4. LEOPOLD dit

    VOILA LE DESORDRE DANS LARMEE. TABASSER QUELQUUN SANS PREUVE SANS QUE PERSONNE NE REAGISSE.RESPECT A LHIERACHIE DIT ON.CEST REVOLTANT TOUT CA.MAINTENANT IL MEURT QUIPOUR PRENDRE SOIN DE SON PERE ???

  5. Mouna dit

    Le but de ce recit est de montrer le degré de pourrissement quil y’a dans l’armee beninoise, dans notre justice et dans notre societe en general.
    Les auteurs reclament justice.
    Il faut vous faire un dessin?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.